Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Asma Lamrabet expose à l’ULB sa vision réformiste de la condition de la femme en Islam ...  
 
 
 
        Nationale

Entretien réalisé par Dr Anwar CHERKAOUI

 
Entretien avec Dr Faouzi Habib, cancérologue : Des faits marquants dans la lutte contre le cancer au Maroc et dans le monde en 2016
 
Contre le cancer, quels progrès ont été réalisés ces dernières décennies et quels sont les défis de l’avenir ? Les réponses d’un expert, Dr Faouzi Habib, Cancérologue-Radiothérapeute, fondateur du premier centre de cancérologie dans le secteur libéral à Rabat et le deuxième dans le Royaume, Directeur scientifique de la revue de formation continue en cancérologie « Onconews », co-fondateur avec Dr Daniel Serin du premier Cours Franco-Maghrébin de sénologie depuis plus de vingt ans. Dans cet entretien, Dr Habib  expose les progrès les plus marquants en cancérologie durant ces dernières années. 
L’Opinion : Est-ce qu’aujourd’hui, le cancer ne tue plus comme avant ?  
Dr Faouzi Habib : On meurt moins du cancer essentiellement dans les pays avancés, qui disposent des meilleures technologies et des derniers médicaments innovants. Au Maroc, par rapport à il y a 30 ans, on compte moins de décès aussi bien chez les hommes que chez la femme. Par contre, la maladie diminue moins chez les femmes chez qui la consommation de tabac a augmenté  et qui meurent donc davantage du cancer du poumon.



Autre fait important : le nombre de personnes touchées par le cancer est par contre plus important. Trois éléments expliquent cette augmentation. En premier lieu, le vieillissement de la population: l’âge est le facteur de risque le plus important du cancer. L’augmentation de la population ensuite, ce qui accroît le nombre total de cancers dans le pays. Les progrès de la médecine contre le cancer participent aussi à cet accroissement car ils réduisent la mortalité de la maladie et prolongent la vie des malades.
L’Opinion : Est-ce qu’on dispose de traitements de plus en plus   pointus ?
Dr Faouzi Habib : Deux grandes tendances changent fondamentalement le traitement du cancer. D’une part, des thérapies ciblées qui visent le cœur des tumeurs, permises grâce à notre meilleure compréhension de la biologie du cancer aujourd’hui. En quinze ans, une cinquantaine de médicaments fonctionnant selon ce principe ont été développés. D’autre part, l’immunothérapie, qui consiste à stimuler les défenses naturelles du corps pour les orienter contre le cancer. Depuis cinq ans, elle révolutionne le traitement de certaines tumeurs. Ces deux techniques ont permis d’améliorer le pronostic des cancers du sein, des ganglions, du rein, de la prostate et du mélanome.
Mais malgré ces succès, le front de la recherche n’avance pas uniformément et il y a des patients pour lesquels ces technologies n’amènent pas de bénéfices aujourd’hui. Cela peut être très difficile à accepter pour eux ainsi que pour leurs proches. Oui, les progrès thérapeutiques sont donc importants. Mais, contrairement à ce qu’affirment parfois certains, on ne va pas vaincre totalement le cancer dans les dix prochaines années.
L’Opinion : Est-ce que la prise en charge des malades a progressé ces dernières années ?
Dr Faouzi Habib : Les diagnostics sont beaucoup plus précis qu’il y a vingt ans, notamment en raison des progrès considérables dans les techniques d’imagerie, d’anesthésie, de radiothérapie ou la radiologie interventionnelle et la chirurgie. La manière d’organiser les soins autour du patient a changé. Désormais, oncologues, chirurgiens, radiologues, pathologistes, forment un réseau de compétences autour du patient. C’est une grande avancée qui améliore les pronostics.
L’Opinion : Que représente dans l’avenir la personnalisation du traitement du cancer ?
Dr Faouzi Habib : Les progrès dans la compréhension de la maladie et dans les techniques d’examen font que demain un cancer du poumon se distinguera d’un autre selon des centaines de paramètres moléculaires. Intégrer ces quantités colossales de données dans notre pratique clinique est un défi majeur. La force de plusieurs centres de cancérologie au Maroc, c’est la multidisciplinarité avant la prise en charge de toute décision thérapeutique.  Cela se passe par l’organisation régulière de réunions de concertation ouvertes à toutes les spécialités liées à la cancérologie et aux oncologues installés.
L’Opinion : Quelle place doit accorder la société civile  aux survivants du cancer ?
Dr Faouzi Habib : Il y a aujourd’hui au Maroc, et il faut s’en féliciter, des personnes qui vivent depuis dix, quinze, vingt ans avec le cancer. Elles ont une compétitivité qui fluctue avec le temps, mais bien des choses à apporter professionnellement : la société doit pouvoir leur faire une place. Placer à l’Assurance invalidité quelqu’un qui vient de survivre à un cancer, c’est la pire chose qu’il puisse lui arriver. Il en va de même pour les prêts, les assurances qui peuvent être interdits à ces personnes alors que, guéries, elles ont presque la même espérance de vie que la population générale! Ces difficultés peuvent former un mur devant les patients qui conduit parfois à de terribles dépressions. Il faut une prise de conscience, une réflexion: l’organisation de notre société doit s’adapter aux progrès dans le traitement du cancer et à l’impact qu’ils ont sur les patients. C’est un long combat qui doit être mené par les médecins, les psychologues, les sociologues ainsi que les politiciens.  

31/12/2016
Lu 17102 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Arrestation de deux ressortissants étrangers soupçonnés de liens avec un réseau du crime organisé transnational
 Coaching pour les femmes des montagnes de l’Atlas : Empowering Women in the Atlas lance des sessions pour 100 femmes entrepreneuses
 Le Salon international de la pharmacie «Officine Expo 2017» du 24 au 25 février à Marrakech
 Les détails de la stratégie de lutte contre la spoliation foncière
 2ème édition de Global Santé: L’assurance obligatoire des indépendants sur la bonne voie
 Portrait : Boucetta, l’homme dont le parcours se confond avec celui du Parti de l’Istiqlal
 Communiqué du S.G. de l’Istiqlal
 Poursuivies pour des actes de terrorisme: Dix femmes déférées devant la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Salé
 Les istiqlaliens pleurent leur leader, chantre de l'unité : M'hamed Boucetta, le grand sage
 Marrakech: 20ème Forum pour l’information et l’aide à l’orientation


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems