Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    RDC : Dialogue national : Après la signature, les tractations continuent...  
 
 
 
        Economie
 
De moins en moins d’entreprises privilégient la transmission familiale
 
S’agissant du mode de transmission envisagé et, pour le cas du cédant potentiel ou avéré, l’enquête révèle qu’aujourd’hui, 6 dirigeants sur 10 (57%) optent ou opteraient pour la vente de leur entreprise à un tiers.
La transmission familiale est plutôt privilégiée par les entreprises familiales (53 %) même si elles sont beaucoup moins nombreuses à privilégier cette option : 53 % en 2016 contre 67 % en 2011.
Les auteurs de l’enquête notent qu’aucune entreprise du panel n’a proposé l’introduction en bourse comme moyen de transmission
La vente à un tiers est privilégié par 6 dirigeants sur 10. Par rapport à 2011, en 2016, de moins en moins d’entreprises envisagent la transmission familiale.
Pour le cas de l’option familiale, l(enquête note que près de 6/10ème des dirigeants cédants potentiels ou avérés ayant opté pour la succession familiale justifient leur choix par leur volonté d’assurer l’avenir de leur progéniture . 4 sur 10 évoquent le maintien d’une tradition familiale et 1/3 des dirigeants ont du mal à couper le cordon et optent pour la succession familiale afin de continuer à y garder une certaine influence.
Par rapport à 2011 56% des dirigeants évoquent l’avenir de la progéniture pour justifier le choix de la succession familiale contre 3/4 d’entre eux en 2011.
Pour le cas de l’option de vente à un entrepreneur tiers, dirigeants optant pour cette option justifient leur décision par :
- l’absence de successeur ou de successeur motivé ou capables (49%) : l’absence de compétence chez les successeurs est la plus citée : 21%/ 18 % n’ont pas dut tout de successeur
- la seconde raison est d’ordre familiale (4 sur 10) : conflits internes, mettre sa famille à l’abri du besoin ou répartir équitablement son héritage entre ses descendants.
- en troisième lieu vient la volonté de couper tout lien avec l’entreprise et profiter des plaisirs de la vie (1/3 des dirigeants et 56 % chez les etp familiales)
En 2011, on note une forte hausse des raisons familiales dans le choix de l’option de vente à un tiers : 4 sur 10 vs 1 sur 10 en 2011.
De même plus de dirigeants souhaitent couper les ponts avec l’entreprise (+6 pts)
Par ailleurs, on constate une baisse de 8 pts pour les raisons liées à l’absence de relève et de 11 points par rapport aux perspectives économiques moroses.
S’agissant des changements opérés dans l’entreprise en vue de la transmission, à peine 12% des entreprises (13% en 2011) ont effectué ou envisageraient d’effectuer des changements dans l’entreprise en prévision d’une transmission
Ces changements concernent d’abord et avant tout une réorganisation ou restructuration avec des procédures de gestion plus rigoureuse en terme de GRH, finances …. (33% en 2011 (et 67% des entreprises familiales)
L’assainissement des comptes semble être la seconde préoccupation (33% contre 15% en 2011).
Un entrepreneur sur cinq évoque l’investissement (3 fois plus qu’en 2011).
A peine 7% des ‘‘repreneurs’’ avaient entrepris une démarche spécifique ou une formation en vue de se préparer à cette reprise.
La vente à un tiers constitue le mode de transmission préféré des dirigeants d’entreprises interrogés (6/10). Même au sein des entreprises familiales, les avis sont partagés et la vente à un tiers séduirait 47 % des dirigeants.
La succession familiale est privilégiée pour assurer l’avenir de la progéniture et sauvegarder une tradition familiale. 6 fois sur 10, le successeur est déjà désigné mais ne travaille pas encore au sein de l’entreprise (58%).
Dans l’entreprise familiale, la vente à un tiers est le plus souvent une alternative à un manque de relève motivée ou compétente(1 fois sur 2) ou du fait de problèmes familiaux (2 fois sur 5).
Les dirigeants sont en majorité (6 fois sur 10) satisfaits de leur niveau de préparation à la transmission. Les repreneurs estimant mieux connaître l’entreprise cible que le secteur d’activité en lui-même. Les dirigeants semblent un peu moins ‘‘accrochés’’ à l’entreprise (refus d’implication post-cession (+1 p/r 2011 et +15 p/r 2009)
Globalement, le processus de transmission engendre autant d’appréhensions chez le dirigeant qu’en 2011 : 4 sur 10 le jugent difficile. Surtout par rapport aux problèmes avec les partenaires (banques clients, fournisseurs, divers créanciers) : 76 % contre 47 % en 2011.
9/1/2017
Lu 26016 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
 


« Free roaming » dans l’espace CEDEAO : Rendez-vous dans trois mois
RDC : Dialogue national : Après la signature, les tractations continuent
Une convention de partenariat entre le CCME et le FORIM concourt aux actions de la diaspora marocaine: Mise en synergie des capacités et actions en faveur des migrants
Tennis : Ce mercredi en championnat du Maroc par équipes (2016/2017) : Le sprint final
Les signataires du Manifeste de l’Indépendance du 11 Janvier 1944

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Ciné Zoom : Projets de films admis à l’avance sur recettes
 RDC : Dialogue national : Après la signature, les tractations continuent
 Ciné Script : Le cinéma à la télévision
 État de l’économie marocaine à fin 2016, selon le CMC : Consolider les acquis pour mieux négocier l’avenir
 Décès de deux Casques-bleus marocains en Centrafrique : L’UE exprime ses sincères condoléances au Royaume
 Appui budgétaire européen à la Côte d’Ivoire : Une première tranche de 17 millions d’euros débloquée
 Une convention de partenariat entre le CCME et le FORIM concourt aux actions de la diaspora marocaine: Mise en synergie des capacités et actions en faveur des migrants
 « Free roaming » dans l’espace CEDEAO : Rendez-vous dans trois mois
 1er Salon de l’enfant et de la famille, du 1er au 5 mars à Casablanca : Une démarche pédagogique faisant la part belle au ludique
 De moins en moins d’entreprises privilégient la transmission familiale


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems