Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
 
 
 
        Nationale

Ahmed NAJI

 
Chantiers et réformes retardés
 
Trois mois pour constituer un gouvernement et aboutir à un constat d’échec, il y a là de quoi mettre les nerfs des citoyens à bout. « Alors, ce gouvernement ? » s’interrogent, non sans ironie, les Marocains depuis plusieurs semaines, ayant fait de la question un sujet de plaisanterie, comme pour exulter leur déception. Pas la peine de se plaindre du désintérêt croissant d’une large frange de la population pour la chose politique quand quatre formations partisanes s’évertuent à décrédibiliser l’action politique auprès de l’opinion publique, au grand dam des plus sérieuses et soucieuses de l’intérêt du pays qui ont été jusqu’à consentir le sacrifice de renoncer à toute prétention de participer au gouvernement afin de débloquer la situation.
Toutes ces négociations pour la constitution d’une majorité gouvernementale qui traînent des semaines durant pour finir en queue de poisson, toutes ces conditions posées et imposées pour définir les composants d’une formation gouvernementale, censée constituer une équipe homogène apte à mener le pays de l’avant, donnent la fâcheuse impression aux citoyens que leurs prises de position envers les programmes politiques qui leur ont été proposés, qu’ils ont démocratiquement exprimés lors du scrutin législatif du 7 octobre de l’année écoulée, ne comptent pas pour grand-chose, sinon à légitimer des marchandages de tapis qui suscitent leur dégoût.



Pendant que l’on s’étripe pour savoir qui va faire partie de ce gouvernement ou pas, les grands chantiers de réformes destinés à dynamiser l’administration publique et booster l’investissement, créer les conditions favorables pour la création de richesses et d’emplois et renforcer la position du Maroc sur la scène internationale, bref tout ce qui intéresse véritablement les citoyens, est relégué à un rang secondaire par des politiciens qui conçoivent leur mandat électoral plus comme un moyen de défendre leurs propres intérêts que ceux de leurs électeurs.
Les défis que le Maroc se doit d’affronter en cette nouvelle année 2017 sont aussi nombreux que compliqués, allant du retour du Maroc au sein de l’organisation communautaire africaine, que les ennemis de l’intégrité territoriale du Royaume combattent avec acharnement, à la continuation de la mise en œuvre des plans de développement sectoriels, à travers la mise en œuvre desquels les Marocains escomptent l’émergence de leur pays en tant que puissance régionale et continentale. Et ce en passant par la modernisation de l’administration et l’amélioration des services publics, en réponse aux attentes expectatives des citoyens.
Ce n’est sûrement pas en jouant entre formations partisanes, prétendantes à l’équipe gouvernementale, à qui va se montrer le plus intransigeant et qui cédera le premier que l’on pourra voir émerger une structure de gouvernement cohérente qui puisse relever solennellement ces défis.
Privilégier l’intérêt de la nation en consentant quelques sacrifices est le propre des formations politiques motivées par le patriotisme. Une qualité qui n’est, malheureusement pas, largement partagée. Le peuple marocain en est maintenant témoin.
10/1/2017
Lu 17813 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Réprimande, fermeté et détermination
Réprimande, fermeté et détermination. Ce sont là des éléments marquants du discours royal d’ouvertur
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
   
   
  Chronique
 
La pénurie en eau menace…
Hafid FASSI FIHRI
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Projets structurants et équipements de base
 La Foire Internationale de Rabat, un projet structurant phare
  Avènement d’une étape cruciale
 SAR la Princesse Lalla Salma préside la cérémonie d’inauguration du musée «Yves Saint Laurent Marrakech»
 Nizar Baraka préside une réunion conjointe des groupes parlementaires istiqlaliens : Refléter les attentes des citoyens sous la coupole
 Avortement d’un plan terroriste d’envergure
 Audrey Azoulay nouvelle Directrice générale de l’UNESCO
 Décès du Bâtonnier et ancien membre du C.E. du Parti de l’Istiqlal, Mohammed Ben Abdelhadi El Kabbab
 «L’Hôpital 20 Août 1953 à l’écoute du citoyen»
 Réprimande, fermeté et détermination


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems