Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Arrestation de deux ressortissants étrangers soupçonnés de liens avec un réseau du crime organisé transnational ...      Coaching pour les femmes des montagnes de l’Atlas : Empowering Women in the Atlas lance des sessions pour 100 femmes entrepreneuses...  
 
 
 
        Economie
 
Les moteurs de l’efficacité : Engagement, coordination et coopération
 
Souvent, lorsque les politiques et les moyens techniques mis en oeuvre ne parviennent pas à donner les résultats souhaités, les institutions en portent le blâme, et les solutions habituellement proposées consistent à « améliorer » ces institutions. Pourtant, plusieurs types de trajectoires et de dispositifs institutionnels peuvent conduire au développement, comme le laissent constater de nombreux exemples à travers le monde, alors même que beaucoup d’autres pratiques dites « optimales » se traduisent souvent par un échec. Dans certains cas, des progrès rapides sont obtenus soudainement, de manière apparemment inattendue. En raison de cette diversité de voies et d’embuches, il devientessentiel de reconnaître les facteurs qui déterminent l’efficacité des politiques.
Le rapport considère l’engagement, la coordination et la coopération comme les trois fonctions essentielles des institutions qui sont nécessaires pour faire en sorte que les règles et les ressources produisent les résultats souhaités.

Forme ou fonction : déterminants fondamentaux de l’efficacité
des politiques

Engagement. L’engagement permet aux acteurs de compter sur la crédibilité des politiques pour moduler leur comportement en conséquence. Il n’est pas facile d’assurer la cohérence des politiques dans le temps.
Le contexte évolue, les objectifs des pouvoirs publics peuvent se prolonger au-delà des cycles politiques, et les ressources peuvent venir à manquer, influant ainsi sur la motivation à mettre en oeuvre les stratégies choisies au départ. Conformément à la théorie économique des contrats incomplets, les politiques doivent prévoir desmécanismes d’engagement pour assurer leur crédibilité.
Prenons par exemple la sécurité — un des piliers du développement durable ; elle repose fondamentalement sur l’engagement. Les parties en conflit sont-elles en mesure de conclure un accord crédible pour renoncer à la violence et confier à l’État le monopole de l’usage légitime de la force ? Au Somaliland par exemple, les parties prenantes ont souscrit à un tel engagement en mettant en place des dispositifs institutionnels qui offrent à
l’ensemble des principaux groupes suffisamment d’incitations à se conformer aux règles. L’engagement est crédible parce que toute tentative de l’une ou l’autre des parties de revenir sur sa parole nuira à toutes les autres. En Somalie, en revanche, malgré les nombreux efforts d’édification de l’État parrainés par la communauté internationale, des groupes polarisés continuent de croire qu’il vaut mieux conserver leur pouvoir ou former des alliances éphémères avec d’autres groupes plutôt que de concéder le monopole de la violence à un État central. Pourquoi ? En grande partie parce que les accords passés et les dispositifs institutionnels proposés ont par leur nature failli dans leur rôle de mécanismes d’engagement efficaces. Lorsque l’engagement à respecter un accord n’est pas crédible, les parties belligérantes se retirent de la table des négociations et la violence prend le dessus ; les factions en conflit rejettent les accords de paix, les décideurs renient leurs promesses de transferts de ressources aux groupes ou aux régions mécontentes, les parties en litige refusent d’appliquer les décisions de justice, ou la police maltraite les citoyens au lieu de les protéger.
Un engagement crédible en faveur de politiques propices à la croissance et des droits de propriété est aussi essentiel pour assurer la stabilité macroéconomique et susciter la croissance.
Des données récentes montrent que la croissance à long terme est le fruit non pas d’une succession d’épisodes de croissance rapide, comme on a tendance à le croire, mais de l’aptitude des économies à ne pas se contracter à cause d’une crise économique ou d’un conflit violent. La croissance a besoin d’un environnement dans lequel les entreprises et les particuliers se sentent libres d’investir leurs ressources en toute sécurité dans des activités productives. Cet engagement peut prendre diverses formes. La percée économique de la Chine dans les années 80 a été le fruit d’une promesse faite aux administrations locales, aux entreprises privées et aux agriculteurs qu’ils pourraient conserver leurs bénéfices – un engagement crédible a donc été pris, bien que ce pays commençât à peine à assurer la protection du droit à la propriété privée. En revanche, le contexte institutionnel nigérian ne fournissait pas les garanties de sauvegarde des recettes issues de l’extraction des ressources naturelles qui étaient nécessaires pour soutenir le développement à long terme. Dans le contexte nigérian, où la perception de la corruption était négative, la mise en oeuvre de règles budgétaires jugées « optimales », qui fonctionnaient pourtant dans d’autres situations, ne constituait pas un engagement crédible, les fonctionnaires étant obnubilés par leurs intérêts à court terme.
À titre d’exemple, les gouverneurs des États concernés, ne sachant pas si les ressources résisteraient à l’épreuve du temps, étaient enclins à dépenser les recettes générées le plus rapidement possible.
13/2/2017
Lu 13153 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 L’Union Africaine en question : La réforme en cinq points
 Afin d’accompagner les initiatives royales en Afrique : Plaidoyer pour la promotion de la diplomatie parallèle
 En hommage à l’âge d’or du cinéma égyptien : «Hollywood sur Nil» à Casablanca
 Forum Afrisanté 2017 à Marrakech: L’établissement de soin au cœur de la réforme des systèmes de santé africains
 Comité de soutien à la scolarisation des filles rurales : Programme « Une bourse pour réussir »
 Les moteurs de l’efficacité : Engagement, coordination et coopération
 Accidents domestiques dus aux dosettes de lessive : Attention aux brûlures des yeux !
 Pour le traitement de l’hépatite B / Un médicament de dernière génération 100% marocain
 Réorganisation du Conseil de sécurité nationale américain : Un «signal très positif» pour la stratégie africaine du Maroc
 Spoliation des biens immobiliers d’autrui : Mesures et propositions législatives et organiques


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems