Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Sahara : La France salue l'adoption à l'unanimité de la nouvelle Résolution du Conseil de Sécurité...      Trophées Marocains du Monde : Cinq figures de l’immigration primées...      Les hommes d'affaires marocains en prospection en République du Congo...      3ème rapport national sur les des droits de l’Homme : Le défi de l’intégration dans les politiques publiques...      Sahara : La France salue l'adoption à l'unanimité de la nouvelle Résolution du Conseil de Sécurité...  
   
 
        Chroniques

Ahmed NAJI

 
Présidentielle française 2017 : Adieu gauche-droite
 
Requiem pour les partis politiques traditionnels français. Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle en France est le scénario escompté par le microcosme politico-médiatique parisien, qui compte sur l’effet de révulsion qu’exerce l’extrême droite sur une partie de l’électorat français pour voir Macron entrer à l’Elysée et mettre la France en « Marche » dans le sillage des grandes orientations de politique économique tracées par la Commission Européenne. Vainqueur au second tour de l’élection présidentielle ou pas, Macron,


par sa candidature portée par un parti créé ex-nihilo qui ne serait ni de droite ni de gauche, a sonné le glas du Parti Socialiste. Mitterrand, en son temps, avait obtenu, autrement, un résultat exactement similaire avec le Parti Communiste, noyé dans le programme commun PS/PCF.
Le pari sur une mobilisation des « forces du progrès » en faveur d’Emmanuel Macron, de manière à barrer le chemin de l’Elysée à Marine Le Pen, dans un remake du face à face entre Jacques Chirac et Jean- Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002, est-il gagné pour autant ? Rien n’est moins sûr. Les électeurs de François Fillon, sali par un scandale d’emplois fictifs qui a explosé à l’approche de l’élection présidentielle, comme fût auparavant éliminé de la course Dominique Strauss Kahn, il y a quelques années, vont-ils voter pour Macron ? Son projet de limiter l’impôt sur la fortune au seul patrimoine immobilier et de taxer les « loyers fictifs » (équivalent au montant qui aurait pu être engrangé si le bien immobilier avait été loué) pourrait fort bien être dissuasif à cet effet. Mise à mal par le quinquennat Sarkozy, bien avant les scandales à répétition, la droite française semble groggy, même si elle est loin d’avoir perdu tous ses moyens.
Les électeurs de gauche, qui n’appartiennent pas à la classe ouvrière, dont les voix ont été captées depuis longtemps déjà par le Front National, seront, ainsi que les Français issus de l’immigration, portés à faire bloc contre Marine Le Pen et, donc, de voter Macron, même si c’est sans trop de convictions. Car celui qui se présente comme un nouveau venu sur la scène politique française a quand même été secrétaire général adjoint de l’Elysée, de 2012 à 2014, et même ministre de l’Economie et de l’Industrie, dans le cabinet d’Emmanuel Valls, de 2014 à 2016. Et ce, après avoir été banquier d’affaires pendant quelques années. Quant à son parti, « En Marche », son programme, tellement liquide que n’importe qui peut s’y retrouver, pèche justement par son manque de détermination, si ce n’est un attachement fièrement affiché envers un européanisme, actuellement en berne, et un mondialisme qui a mis pas mal de Français au chômage.
Si les Français ont aimé la présidence Hollande, ils vont adorer celle de Macron.
Le Front National, apparu au début des années 70 du siècle écoulé, qui devait regrouper les perdants de la 2ème guerre mondiale (les Français pro-régime de Vichy qui se sont acoquinés avec les nazis) et de la guerre d’Algérie (les pieds noirs qui ont eu à choisir entre la valise et le cercueil), a fini par devenir un havre pour tous les laissés-pour-compte des délocalisations et ceux en perte d’identité face à la dilution de la souveraineté française dans un espace communautaire européen ouvert aux migrations en provenance du Sud. Mais tout ce que le FN a eu à leur proposer, comme solution, est la victimisation alimentée par la haine de l’immigré. Marine Le Pen a eu beau commettre un parricide politique, en mettant hors-jeu Jean Marie, son géniteur, pour devenir plus fréquentable, les vieux démons bruns finissent toujours par ressurgir, comme le prouvent ses propos anti-migrants et pro-vichystes en fin de campagne, comme pour rappeler que le Front National ne peut échapper à la tendance fascisante inscrite dans ses gênes.
Réduire le discours politique de Marine Le Pen à sa seule dimension xénophobe serait, cependant, erroné. Ses prises de positions pro-Frexit, à peine distancé en cela par le petit candidat François Asselineau, trouvent écho auprès de nombre de Français, des chômeurs longue durée aux petits patrons laminés par la mondialisation, mais pas seulement. Nombre d’économistes en rupture de ban, tel Jacques Sapir, et d’intellectuels qui se moquent de se mettre à contre-courant, tel le démographe Emmanuel Todd, estiment que l’euro a sapé la compétitivité de la France et que seul un retour au Franc permettrait de renverser la tendance. Si ces derniers sont loin de soutenir le Front National et sa candidate Marine Le Pen, ils n’en donnent pas moins un vernis savant de crédibilité à son discours anti-européiste.
Toujours est-il que les Français sont en train d’assister à la fin d’une certaine conception de la concurrence politique, avec la fin du clivage droite-gauche, et l’émergence décomplexée du face-à-face entre un centre autoproclamé, aux contours encore mal définis mais au pro-mondialisme affirmé, et une extrême-droite publiquement assumée, qui, en fait, porte des coups durs à l’idée de nation qu’il prétend défendre.
Quel choix feront les Français entre la peste de la mondialisation et le choléra du fascisme ? La « Douce France » de Charles Trenet n’est plus, depuis longtemps déjà, « bercée de tendre insouciance ».
25/4/2017
Lu 45655 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
 


Témoignage de Mme Rabiaa, maman d’un enfant atteint d’un handicap : Nécessité d’adapter les contrôles, présence d’accompagnateur et temps supplémentaire, une nécessité vitale lors du passage des examens
3ème rapport national sur les des droits de l’Homme : Le défi de l’intégration dans les politiques publiques
Sahara : La France salue l'adoption à l'unanimité de la nouvelle Résolution du Conseil de Sécurité

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
 
Polémique autour des examens de passage pour enfants en situatoin d’handicap : Tiraillements entre MEN, société civile et parents d’élèves

Dossier réalisé par Bouteina BENNANI

Entretien avec Mme Sabah Zemmama, Présidente de l’UNHAM Origine de la problématique


Droit à l’accompagnement pour les personnes en situation d’handicap mental : Le ministère de l’Éducation nationale dément son annulation

 
   
  Chronique
 
Présidentielle française 2017 : Adieu gauche-droite

Ahmed NAJI

Littérature japonaise : Le Haïku
Par Idriss Shah Badidi
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Le marché du travail au Maroc analysé par l’Oxford Business Group : Alliance du privé et du public
 Réunion des ministres chargés de l’Eau de l’Union pour la Méditerranée : Stabilité, développement humain et intégration
 Communiqué de l’UNHAM
 Réunion des ministres chargés de l’Eau de l’Union pour la Méditerranée : Stabilité, développement humain et intégration
 Parti de l’Istiqlal : Congrès extraordinaire, aujourd’hui samedi
 Projet de loi de finances 2017 : 190 milliards de DH d’investissements publics et hausse du taux de croissance prévu à la moitié de l’année : Création de 23.768 postes budgétaires, outre 11.000 dans l’enseignement
 3ème rapport national sur les des droits de l’Homme : Le défi de l’intégration dans les politiques publiques
 La crise cardiaque n’épargne pas les femmes
 Trophées Marocains du Monde : Cinq figures de l’immigration primées
 Marché des denrées alimentaires pendant Ramadan : Toutes les mesures nécessaires prises pour son approvisionnement


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems