Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Nationale

Ahmed NAJI

 
Le réalisme économique l’emporte : Mirage polisarien et illusionnistes
 

Ils s’appellent Geert Bourgeois et Carles Puigdemont et sont les chefs des gouvernements autonomes, respectivement de la Flandre et de la Catalogne. Ils voulaient tous les deux, simultanément, visiter le Maroc et se sont fait poliment expliquer qu’ils ne sont pas les bienvenus au Royaume. Ces deux personnages politiques sont, en effet, connus pour leur promotion du séparatisme, aussi bien chez eux qu’au Maroc, étant des supporters affichés du polisario.
Il est quand même effronté de soutenir publiquement le séparatisme dans un pays et prétendre, en même temps, développer des relations d’affaires avec ledit pays. Le cas du chef du gouvernement autonome de la Flandre, Geert Bourgeois, est encore plus singulier, puisque, outre son penchant pro-polisario, il est bien connu de la communauté marocaine de Belgique pour ses prises de positions racistes.
Cet évènement mineur, pour ne pas dire non-évènement, est cependant instructif à plus d’un titre.

Cela signifie, d’abord, que l’attractivité du Maroc, en tant que destination pour les investisseurs et opérateurs européens, est bien assise, au point que même des hommes politiques qui rêvent de voir le Maroc partitionné veulent développer avec lui des relations économiques et commerciales.
Porte d’entrée vers l’Afrique, au potentiel de croissance fort prometteur, le Maroc, dont l’essor économique et la stabilité politique constituent d’indéniables atouts compétitifs, est devenu incontournable pour les entreprises européennes qui veulent étendre leurs activités sur le continent et profiter de la manne.
Pour l’Algérie et son golem, le polisario, par contre, un intérêt aussi évident exprimé pour le Maroc par des appuis européens à la cause séparatiste est très inquiétant. Comment des hommes politiques tels Geert Bourgeois et Carles Puigdemont vont-ils expliquer à leurs entrepreneurs, attirés par les opportunités d’affaires avec le Maroc, qu’ils doivent y renoncer par soutien au polisario. Combien de temps cette position est-elle tenable ?
Le coup de force du polisario à Guergarat ayant tourné court et devant l’impossibilité de le renouveler, sans risquer une condamnation de la communauté internationale, voir un coup de balai des Forces Armées Royales, alors parfaitement légitimées pour le donner, c’est la route vers l’Afrique de l’Ouest et le Sahel qui est définitivement sécurisée, ainsi que le flux de marchandises marocaines à destination des marchés subsahariens.
Même de l’autre côté de l’Atlantique, en Amérique latine, où les courants politiques de gauche qui tiennent le pouvoir dans certains pays connaissent un net reflux de leur popularité, l’appui au polisario est appelé à s’effilocher. Cuba, longtemps fervent supporter des séparatistes polisariens, est désormais porté à une position de neutralité dans l’affaire du Sahara, alors que le régime du Venezuela est tout simplement en train de s’effondrer.
Dans une époque où c’est l’économique qui détermine l’orientation politique, le polisario va voir ses « amis » soit changer de position à son égard, soit disparaître du fait de leurs difficultés à se maintenir au pouvoir, ce qui augure de temps diplomatiques meilleurs pour le Maroc. Mais cela veut également dire qu’il faudrait commencer à réfléchir sérieusement sur la manière dont il va falloir gérer le sort des habitants des camps de la honte, surtout la jeunesse allaitée à la propagande séparatiste, dont l’amertume de l’échec de l’utopie séparatiste pourrait précipiter dans les bras des bandes terroristes qui sévissent dans la sous-région du Sahara et du Sahel.
3/5/2017
Lu 18960 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems