Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Nationale

Mohammed BEROUAL

 43ème anniversaire du décès du leader Allal El Fassi
Le Leader à l’œuvre constamment d’actualité
 
« Allal El Fassi et le combat pour l’unité de la patrie et du peuple », thème du meeting que le Parti de l’Istiqlal a organisé vendredi 12 mai 2017 à la salle Zénith, sise quartier Riad à Rabat.
Dans une ambiance festive et conviviale, ce meeting a connu la participation d’un grand nombre de leaders du Parti, dont notamment Dr Abdelouahad El Fassi, fils du leader, M’hammed Douiri, membre du Conseil de la présidence du PI, Mohammed Soussi, membre du Comité exécutif du Parti, Abbas El Fassi, ex-Secrétaire Général du PI, et Hamid Chabat, Secrétaire Général du Parti.
Ont pris part également à ce meeting des centaines de militantes et de militants istiqlaliens et aussi des intellectuels de tous bords et diverses sensibilités politiques, en signe de témoignage, de fidélité et de reconnaissance à ce grand pionnier ainsi qu’à sa mémoire et aux principes et idéaux dont il était le fervent défenseur.
Evénement à forte charge symbolique et historique, ce meeting a permis aux participants de se remémorer le rôle du leader feu Allal El Fassi aux côtés des nationalistes et leur mobilisation derrière Feu Sa Majesté le Roi Mohammed V, de se rappeler, également, tout ce qu’ils ont enduré à travers leur combat pour la libération du pays du joug du colonialisme et le combat pour l’unité de la patrie et du peuple.
Intervenant lors de cette rencontre, aussi bien MM. Hamid Chabat, Dr Abdelouahad El Fassi ainsi que M. Mohammed Soussi ont souligné l’importance du choix du thème de ce meeting en relation avec le contexte crucial que notre pays traverse aujourd’hui. De même qu’ils ont rappelé la portée historique des idées défendues par le leader Feu Allal El Fassi. Idées qui illustrent le génie de son auteur, l’étendue de sa vision, sa clairvoyance et la pertinence de sa théorie pour ce qui est des voies et moyens à mettre en œuvre afin de transcender les difficultés, vaincre tous les aspects du sous-développement et s’affranchir de nombre de concepts éculés pour mieux réaliser les réformes souhaitées, faire évoluer la société et construire le pays sur des bases modernes.
Chacun des intervenants a d’ailleurs détaillé, avec force arguments, le parcours du combattant Feu Allal El Fassi, démontré la vision moderne et moderniste du leader, un homme hors pair qui prônait une citoyenneté pleinement assumée, fondée sur une implication consciente, active et réfléchie dans les affaires publiques et dont le fondement est de constituer un véritable levier de développement et de renforcement de la démocratie sociétale.
S’attardant sur l’importance de l’étape actuelle à la lumière du renouveau de la vision du leader, de l’évolution et de l’adaptation des idées et d’une renaissance de l’action et de la pensée, les leaders istiqlaliens ont rappelé les constantes du parti et ses positions avant-gardistes visant à consolider et à enrichir le processus démocratique.
Axes forts que chacun, selon son angle d’approche, a développés pour réitérer la ligne du parti, ses valeurs et ses principes faisant qu’in fine, tous se rejoignent et partagent la même conviction que l’œuvre du leader feu Allal El Fassi et son combat pour l’unité de la patrie et du peuple  sont constamment d’actualité.
A travers leurs différentes approches et analyses, l’enseignement qui en découle est que notre patrimoine culturel, de par son contenu et sa richesse, est facteur de développement : un facteur décisif dans la mesure où l’acquisition de nouvelles techniques culturales et l’édification d’un Etat fort supposent l’éclosion d’une mentalité de progrès et la conquête d’un outillage intellectuel, scientifique et technique dont un peuple ne peut se doter s’il ne s’est donné un programme et des instruments éducationnels en rapport avec les impératifs du siècle.
Une approche en droite ligne du combat du leader Feu Allal El Fassi dont la contribution en termes de pensée et d’action figure parmi celles qui ravivent le plus la conscience et la mémoire nationales pour avoir été associé à nombre d’événements historiques inscrits en lettres d’or dans les annales nationales et dans l’histoire de la nation arabo-musulmane.
Rappelant le rôle de l’homme, son activisme patriotique, ses positions engagées, son attachement ferme aux principes, son rôle d’Alem novateur insatiable, sa pensée fondatrice d’un système intellectuel, politique, économique et social dont notre pays s’enorgueillit aujourd’hui à juste titre, les leaders et militants istiqlaliens ont démontré l’apport du leader d’avoir œuvré à tracer la voie à suivre au Mouvement national et exposé les contours du futur Etat marocain souverain.
Rappelant ses discours et ses prises de positions audacieuses concernant nombre de questions d’ordre social, … les intervenants ont souligné, de façon unanime, l’œuvre fondatrice du leader et son amour pour la patrie et ses compatriotes ainsi que sa foi en la Monarchie constitutionnelle qu’il considérait comme le levier fondamental de la démocratie dans notre pays.
Et de poursuivre : Feu Allal El Fassi envers lequel nous demeurons admiratifs pour son courage, son combat pour l’unité de la patrie et du peuple, celui qui n’a cessé de se battre afin de promouvoir et de faire régner l’esprit solidaire parmi les différentes couches de la société et régions du pays, guidé en cela par une vision et une conception globales embrassant tous les aspects et questions qui préoccupent les citoyens. Qui, de par ses conceptions constructives et modernistes, a largement contribué à l’ouverture de larges perspectives afin de consolider les bases d’une société démocratique, unitaire et engagée sur la voie du développement.
Leader, militant, homme de combat, homme de lettres, poète et théoricien…, le leader Allal El Fassi était ainsi un homme ayant des qualités exceptionnelles, ce qui en fait de lui un exemple type de l’éducateur, de l’enseignant, du réformateur et l’un des rares pionniers à avoir contribué à façonner les événements du 20ème siècle et posé les jalons de l’action future.

Mohammed BEROUAL


Allocution de M. Abdelouahed El Fassi


Le Parti de l’Istiqlal a commémoré, vendredi dernier à Rabat, le 43ème anniversaire du décès du leader Allal El Fassi, lors d’un grand rassemblement auquel ont assisté des membres du Comité exécutif du parti, à leur tête le S/G, M. Hamid Chabat, ainsi que des centaines de militants et militantes, des dirigeants de partis nationaux et plusieurs autres personnalités de divers horizons.
La cérémonie à laquelle ont assisté également MM. M’hamed Douiri, membre du Conseil de la présidence, et Abbas El Fassi, ancien S/G du PI, et qui s’est tenue sous le thème : « Allal El Fassi et le Jihad pour la patrie et le peuple » a été marquée en particulier par les allocutions de MM. Abdelouahed El Fassi, fils du défunt leader et membre du Conseil national du parti, et Hamid Chabat, S/G, le premier ayant notamment mis l’accent sur la foi inébranlable du regretté en l’unité et la cohésion du peuple marocain, lesquelles ont accaparé sa pensée et constitué l’un des objectifs ultimes de son combat, soulignant par la même occasion la portée et la symbolique de ce thème à une époque où l’égoïsme et la quête des intérêts particuliers sont devenus la préoccupation majeure de la plupart, avec tout ce que cela suppose comme appels et incitation à la division et la désunion, que le concept même de « Jihad » était intimement lié, dans l’esprit du leader de la libération, à l’objectif et la finalité pour lesquels il a été déclenché et que lorsque ce but et cette finalité ne sont autre que l’unité, la symbiose et la cohésion du peuple et de la patrie, cela ne peut se concrétiser qu’au prix de lourds sacrifices et sans l’adhésion du peuple lui-même avant de pouvoir, ensuite, aspirer à l’indépendance, la démocratie, l’égalitarisme et le progrès..
Preuve en est, rappelle l’orateur, le retentissant « Appel du Caire » au lendemain de l’arrestation puis la déportation, par les autorités coloniales, du symbole de l’unité nationale feu SM Mohammed V et des membres de la famille royale, appel qui fit descendre dans les rues de toutes les villes du pays des citoyens de tous âges et conditions sociales, comme prélude à une révolution déferlante qui devait ensuite libérer le pays et le peuple de leur joug et de l’asservissement et l’aliénation où avait tenté de les enferrer.
Abdelouahed El Fassi a indiqué que feu son père croyait fermement aussi que l’unité du peuple se fait et se construit avec le peuple, par le peuple et pour le peuple, c’est-à-dire que lorsqu’on aime la patrie à la manière des soufis (proche de l’idolâtrie, NDT) on finit par transmettre et inculquer cette foi au peule qui s’en imprègne, à son tour, mais que cela suppose de redresser et de corriger au préalable la pensée de l’être et de construire l’humanisme marocain, sans quoi il ne saurait être question de désaliénation, d’émancipation, ni de liberté, de dignité et, encore moins, de rupture avec les tares du passé dont les divisions entre tribus et régions, l’antagonisme entre ville et campagne…
Il a, d’autre part, mis l’accent sur l’incessant combat du Zaïm pour la libération du Sahara marocain et les présides de Sebta et Mélilya, ajoutant que son souci ne se limitait pas à la libération de ces terres et la récupération du sol physique auquel elles renvoient, mais englobait également leur réappropriation par leurs populations originales, donc par le peuple marocain, d’où aussi ses efforts en vue de faire du PI un parti unifié et fédérateur et de ses militants des Marocains sans plus, ni moins, insistant à ce sujet sur le rôle et l’importance de l’enseignement et l’éducation du peuple, sur les méfaits du centralisme et de la centralisation qui servaient, en premier lieu, les desseins du colonisateur qui s’évertuait à dépouiller le peuple de son identité, comme lorsqu’il promulgua le « Dahir berbère » et que d’aucuns, quoique marocains, cherchent actuellement à remettre au goût du jour.
M. El Fassi a relevé que la vie de son défunt père se résume en deux périodes à la fois distinctes et complémentaires, à savoir celle de la lutte pour la libération de l’ensemble du pays de la domination coloniale étrangère et celle de l’émancipation et la construction du citoyen en vue de ressusciter la nation et d’en assurer unité, progrès et prospérité, rappelant que le regretté leader avait, dès l’âge de 15 ans et alors qu’il était encore étudiant à la Qaraouiyine, commencé à constituer un groupe de jeunes en vue de contrecarrer la politique et les visées de l’occupant, de faire prendre conscience à ses compatriotes de ces desseins et de combattre l’ignorance, l’analphabétisme, la peur et certaines croyances populaires… Ce qui a, naturellement, conduit le leader de la libération à associer action militante et de terrain et réflexion théorique, chose qui a fini par exaspérer le colonisateur, lequel n’a pas hésité à l’éloigner et à le couper de son pays et des siens en l’exilant en Afrique subsaharienne pendant 9 ans…


Intervention de M. Hamid Chabat


Le S/G du Parti de l’Istiqlal a rappelé que la commémoration de l’anniversaire de la disparition du leader Allal El Fassi est devenue une tradition et un rituel incontournable en raison des enseignements qu’elle suggère et des exemples qu’elle appelle en invoquant l’Histoire, l’action et les sacrifices des pionniers et à travers les vertus de fidélité et de reconnaissance que cela peut inculquer aux nouvelles générations, surtout lorsqu’il s’agit d’un maître et éducateur, d’un penseur, d’un patriote et d’un Alem de la trempe de Allal El Fassi, ajoutant que le choix du thème retenu pour ce 43ème anniversaire répond à un double objectif : celui de témoigner de la gratitude et du respect d’abord, mais également pour répondre aux exigences de l’étape qui impose aux istiqlaliens et istiqlaliennes de ne pas perdre de vue les idéaux de liberté et d’indépendance et de rester attachés aux constantes nationales et à la défense des intérêts supérieurs de la patrie et du peuple ainsi qu’à tous les nobles principes et valeurs auxquels le défunt leader avait consacré sa vie et dédié son Jihad. Cette commémoration est aussi, a-t-il dit, l’occasion de souligner que le Jihad du et au sein du Parti de l’Istiqlal se poursuit toujours sans interruption de génération en génération, car le parti tire sa force de son Histoire et de son combat ainsi que des sacrifices et de l’abnégation de ses héros et pionniers et de ses militants et militantes qui portent le flambeau et le transmettent, soulignant que la légitimité historique est la seule vraie légitimité car elle s’inscrit dans la durée et parce que quiconque n’a pas d’Histoire derrière lui, n’a ni présent, ni avenir et que le choix du thème :
« Allal El Fassi et le Jihad pour la patrie et le peuple » signifie que la révolution se poursuit, celle en l’occurrence du Roi et du peuple pour la démocratie, la dignité et pour que le Maroc demeure un modèle à suivre et un Etat de droit et des institutions à l’ombre de la monarchie, garante et protectrice de ces dernières.M. Chabat a rappelé que feu Allal El Fassi a ouvert ses yeux sur un pays et un peuple sous le joug du colonialisme et ne pouvait, par conséquent, que s’impliquer dès son jeune âge dans une dynamique de libération et d’émancipation, lesquelles ont constitué une obsession et le tempo qui a modulé toute sa vie et inspiré son combat et sa réflexion jusqu’au dernier souffle, ce qui lui a valu, souvent, d’être arrêté, exilé, mis en quarantaine, harcelé, sans que cela entame sa volonté et sa détermination, au point qu’il a rendu l’âme loin de son pays alors qu’il se trouvait en Roumanie en pleine mission de défense de l’intégrité territoriale du Maroc et de la cause palestinienne, ce qui lui a valu le titre de « martyr », tour à tour, de l’unité nationale, du Sahara et de la Palestine.Le S/G du PI a, d’autre part, mis l’accent sur la personnalité exceptionnelle de Allal El Fassi tant au plan politique que du point de vue intellectuel et qui a marqué de son empreinte l’Histoire contemporaine du Maroc en ce qu’il concevait le Jihad comme étant une idée globale incluant la lutte à la fois pour la libération et l’indépendance, du territoire et du citoyen, la préservation de l’unité et l’intégrité du pays, la démocratie et la justice, la dignité et le progrès économique, social et culturel, etc., mais aussi comme un concept et un principe rejetant et réprouvant la tyrannie et l’autoritarisme qui sapent l’unité, la dignité et l’autonomie de décision des hommes et des partis. De même que le défunt leader, rappelle M. Chabat, a consacré une large part de sa réflexion à la réforme et la modernisation du champ religieux, selon une approche rationaliste et ouverte et non pas passéiste et obscurantiste car tenant compte de l’évolution et des exigences de l’époque, avant de souligner que cet anniversaire est célébré au moment où le pays traverse une étape délicate marquée par une crise politique sans précédent et indéchiffrable ; une époque où, a-t-il dit, les portefeuilles et les responsabilités étatiques sont distribués comme le sont les trophées de guerre, invitant les istiqlaliens à en tirer les conclusions et à faire appel à la sagesse, la détermination et la patience de feu Allal El Fassi en pareilles situations et à faire face à toutes les formes d’injustice, d’iniquité et de sous-estimation de la dignité et des intérêts du peuple et soulignant que le parti s’inquiète de telles pratiques contraires à tous les normes et à tous les usages, s’élève contre l’ignorance et le mépris de la volonté populaire…Il a relevé, par ailleurs, que ce 43ème anniversaire intervient au moment où le parti s’efforce de redonner crédibilité et consistance à ses organes et instances tout en insistant sur la dignité de ses militants et sur le renforcement de ses institutions, félicitant au passage les istiqlaliens et istiqlaliennes pour la clairvoyance et la maturité dont ils ne cessent de faire preuve dans les moments difficiles, dans le strict respect des statuts et règlements du parti, avant de conclure que la commémoration de l’anniversaire de la disparition du leader Allal El Fassi est, en fait, une façon de rendre hommage et d’honorer tous les leaders et pionniers du Mouvement national du temps de la lutte pour l’indépendance, ainsi qu’une occasion d’invoquer le souvenir et la mémoire de tous ceux qui ont donné leur vie pour que ce pays et ce peuple soient libres et dignes.



15/5/2017
Lu 17890 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Verdir la politique publique, la dépense gouvernementale et la fiscalité
 Ouverture du Festival de Fès des musiques sacrées du monde
 Le Leader à l’œuvre constamment d’actualité
 Macron officiellement investit chef de l’Etat
 Une nouvelle approche médico-économique dans le traitement du diabète
 Retardez vos montres d’une heure le dimanche 21 mai à 3h du matin
 Le jour de son anniversaire, il décroche l’or
 Rabat en fête
 Pékin lance le sommet des Routes de la soie
 La coopération militaire avec notre environnement africain n’a jamais souffert de faiblesse


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems