Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
 
 
 
        Nationale

Bouteina BENNANI

 16ème édition du Festival Mawazine Rythmes du Monde
Rabat en fête
 
Placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la 16ème édition du festival Mawazine, organisé par l’association Maroc-Cultures, se déroule à Rabat du 12 au 20 mai 2017 et présente aux festivaliers un programme culturel varié aux scènes prévues chaque année.
Ellie Goulding à l’OLM Souissi
Le concert d’ouverture du vendredi 12 mai du festival Mawazine à l’OLM Souissi s’est démarqué par la prestation artistique d’Ellie Goulding du Royaume-Uni. Accompagnée de jeunes choristes, l’artiste a entamé et sans interruption, des chansons de son riche répertoire dont «Love me like you do», «Lights», «Burn», «Don’t need nobody», «Paradise», «Anything Can Happen», «Something in the way you move» ou encore «Outside». Elle a enflammé ses fans qui chantaient en chœur ses grands succès.
La blonde britannique aux belles intonations qui a, à son actif, plus de 30 millions d’albums vendus, 13 millions d’abonnés sur Instagram, 13 millions de fans sur Facebook et plus de 6 millions de followers sur Twitter, a entamé, à plusieurs reprises en solo, accompagnée de sa guitare, des chansons qui, au passage, rappellent la grande diva Dolly Parton.
Ellie la majestueuse, de son vrai nom lena Jane Goulding, née à l’Ouest de l’Angleterre, est l’une des artistes les plus en vogue, cumulant récompenses sur récompenses internationales. La star a commencé à jouer de la clarinette et de la guitare et à écrire sa propre musique pop à l’âge de neuf ans. Outre ses albums qui sont de grands succès, elle compose pour des films et a fait deux featurings avec Calvin Harris : « I need you » et « Outside ».
A Mawazine, elle a rassemblé des festivaliers, pour la plupart très jeunes, une moyenne d’âge entre 15 et 20 ans, des fans qui rajeunissent d’année en année, au cours de ce grand festival international, devenu incontournable, vibrant au rythme de ses mélodies électro-pop enivrantes. A la conférence de presse donnée à la villa des arts, elle s’est dite heureuse et fière d’être au Maroc pour l’ouverture de ce grand festival.
On a recueilli, au cours d’un micro-trottoir, les impressions de cette jeunesse sur cette première soirée à l’OLM Souissi. Si certains disent qu’ils la voient pour la première fois, d’autres, très satisfaits, étaient ravis de voir leur idole, en direct, se produire sur scène au Maroc. Des personnes disent regretter, cette année, le choix des artistes de l’OLM Souissi, une scène des plus prisées, pendant ces 15 dernières éditions. Et ce qui a été remarqué, c’est une grande présence d’étrangers, surtout anglophones et subsahariens qui ont investi cette scène.
Pour la première journée du festival, un grand bravo à la sécurité, police et forces auxiliaires et même civils, qui, quoique dépassés de par leur nombre et outrés par le manque de civisme de certains festivaliers, démêlant bagarres, des « à la queue leu leu » interminables, inspectant sacs à dos, ayant l’œil partout. Dans tous les cas, il est à noter qu’il y avait des senteurs très fortes dans l’air. A bon entendant !
Majid Al Mohandis à la scène Nahda
Le prince de la chanson arabe a enflammé, samedi 13 mai, la scène Annahda prévue depuis 16 ans pour les artistes arabes. Se produisant pour la deuxième fois à Mawazine devant des milliers de mélomanes venus de toutes les villes du Maroc pour un rendez-vous avec leur star venu, accompagné de son grand orchestre au complet. Une audience pour la plupart féminine qui répétait en chœur, parfois précédait, les chansons du grand chanteur irakien, Majid Abdelamine Adhir Al Otabi, de son vrai nom, natif de Bagdad. L’artiste a troqué son diplôme d’ingénieur aéronautique pour une carrière artistique et a déjà enregistré 4 albums. Il y avait aussi des couples et des familles entières. Il se pourrait qu’il ait raflé, samedi, le plus grand nombre de festivaliers de Mawazine.
Après quelques chansons, le drapeau marocain a été offert au grand artiste chanteur et compositeur (à sa demande) à la voix chaude et voluptueuse. Des prestations à la demande des fans qui n’ont pas arrêté de chanter. Pour plaire à son public marocain, Majid a interprété plusieurs de ses chansons renommées, la plupart Khaliji et une chanson marocaine, « janna janna Maghrib ya watanna ».
15/5/2017
Lu 20686 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Verdir la politique publique, la dépense gouvernementale et la fiscalité
 Ouverture du Festival de Fès des musiques sacrées du monde
 Le Leader à l’œuvre constamment d’actualité
 Rabat en fête
 Une nouvelle approche médico-économique dans le traitement du diabète
 Le jour de son anniversaire, il décroche l’or
 Retardez vos montres d’une heure le dimanche 21 mai à 3h du matin
 Macron officiellement investit chef de l’Etat
 Pékin lance le sommet des Routes de la soie
 La coopération militaire avec notre environnement africain n’a jamais souffert de faiblesse


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems