Directeur : El Atouabi Majdouline           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Nationale

Par Ouahid CHAOUQI

 Point de vue : Fluctuation de la monnaie nationale
Impact sur l’économie
 
L’économie marocaine est une économie de marché c’est-à-dire une économie libérale mais elle connait des situations de rente ce qui n’est pas sain car le libéralisme est un état de culture et non un état de nature. L’économie nationale est peu compétitive avec une productivité faible. Le capital humain national est faible comparativement à d’autres pays de même niveau de développement. Une faible classe moyenne qui tend vers la précarité donc un pouvoir d’achat faible donc une demande faible. La valeur ajoutée nationale ne permet pas de créer assez d’emplois.

L’investissement public qui avoisine les 190 MMDH en 2017 n’est réalisé au plus fort qu’à 40% ce qui n’a pas d’impact sur l’amélioration des conditions économiques et sociales du pays. Le besoin en financement de l’économie nationale s’est aggravé passant de 2% du PIB en 2015 à 4,3% en 2016 d’où recours à l’endettement et à la pression fiscale. Sur les 150.000 emplois crées auparavant du temps du gouvernement Abass Fassi, l’Etat et les EEP ne créent pas plus de 50.000 postes/an. La dette publique dépasse 81% du PIB dont l’encours est de 320 MM DH.
La décision prise par le gouvernement le 15 janvier 2018 de passer à un régime de change flexible au lieu d’un régime de change fixe est une opération normale malgré les craintes exprimées par certains. Le dirham fluctue désormais dans une fourchette contrôlée par l’Etat à +- 2,5%. Cette libéralisation partielle progressive est contrôlée et encadrée par BM afin d’aboutir, peut-être, à une libéralisation totale. On verra bien !!
Quel est l’impact de la fluctuation de la monnaie nationale sur l’économie ?
Partant du fait que notre balance commerciale est structurellement déficitaire et que nos recettes en devises sont en majorité constituées des transferts des RME et du tourisme et que l’inflation est maitrisée, l’effet de cette décision n’aura pas un impact majeur avec comme conséquence une hausse de l’inflation, une montée vertigineuse des prix à la consommation et une aggravation des disparités sociales. Ces effets sont dus beaucoup plus aux politiques menées par les pouvoirs publics ces dernières années que par l’impact engendré par la décision de BM.
L’impact sur le pouvoir d’achat sera minime car cette fluctuation est contrôlée par BM et encadrée par une circulaire de l’Office des Changes. La situation aurait été différente si le gouvernement avait choisi une libéralisation totale du régime de change.
L’effet de cette fluctuation sur le système bancaire marocain est modeste d’après l’Agence Moody’s qui déclare que les opérations des banques avec les clients demeurent relativement limitées et sont principalement liées aux opérations d’import et d’export. En conséquence les besoins de financement des banques nationales en devises étrangères sont modestes et le recours au marché international des capitaux et aux prêts sont également modeste car le système bancaire marocain n’est pas assez intégré au système bancaire international.
L’objectif escompté par le gouvernement et derrière lui le FMI est de relancer les exportations en espérant attirer plus d’investissements étrangers pour améliorer la compétitivité des coûts de production de l’économie nationale donc améliorer la balance commerciale et booster l’emploi. Mais cela demande la mise en place d’autres mesures de politique économique :
Mettre l’entreprise et l’investissement public et privé au cœur de notre modèle économique;
Une bonne gouvernance avec réédition des comptes effective comme stipulé par l’article 154 de la constitution et comme souligné par SM Le Roi ;
Une cohésion sociale soutenue avec réduction des disparités sociales, le développement de la classe moyenne, l’amélioration de son pouvoir d’achat pour soutenir la demande globale ;
Mise en place d’une économie moderne, libérale et transparente basée sur les lois fondamentales de l’économie libérale loin des situations de rente.
Reformer le droit du travail pour encourager l’embauche et donner plus de liberté aux entreprises afin qu’elles s’adaptent aux évolutions du marché du travail ;
Entamer le chantier de la simplification au niveau administratif et judiciaire et mettre en place la charte de la déconcentration et demandé au gouvernement d’activer la mise en place de la régionalisation avancée pour donner plus de pouvoirs aux régions en matière d’investissement et de création d’emplois ;
Au niveau de la fiscalité tout le monde est trop taxé et à tous les étages. Mais aussi tout le monde ne paie pas d’impôt. Pour cela la fiscalité doit concerner tout le monde. Elle doit être simple et incitative ce qui est de nature à rendre notre économie compétitive et à améliorer le pouvoir d’achat de la classe moyenne et d’encourager l’investissement;
Engager une politique de chasse aux gaspillages, aux situations de rente et à la mauvaise dépense publique au niveau central et au niveau des collectivités locales ;
Il faut aussi réfléchir à la mise en place en coordination avec le GPBM de nouvelles mesures de facilités pour l’octroi des crédits et des financements nécessaires au profit de la TPME ;
Engager une politique volontariste basée sur une stratégie industrielle hégémonique favorisant la recherche, l’innovation, la création de conglomérats industriels.
Bien que ces réformes soient essentielles, elles ne suffiront pas si le Maroc ne s’inscrit pas à côté des autres pays dans le cadre de la troisième révolution industrielle numériquement intégrée basée sur le développement des infrastructures de connectivité numérique à très haut débit.

Ouahid CHAOUQI (Expert économiste)
13/3/2018
Lu 2589 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  T�l�gramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Nouveau partenariat Europe-Afrique pour juguler l’immigration clandestine
 Le Maroc, 4ème pays le plus heureux en Afrique
 Besoin impérieux d’union et de cohésion en hommage au leader de l’unité, Abdelkhaleq Torrès
 Le président du parlement de la CEDEAO reçoit le Prix de la Fondation Crans Montana
 SAR la Princesse Lalla Hasnaa visite l'éco-école "Al Masjid" à Aïn Aouda
 Moulay Hafid Elalamy : Le Maroc, "un pays qui respecte les règles du jeu"
 Pour une stratégie qui assure la considération aux Marocains du monde
 Dynamique des secteurs banque et assurance au menu
 L’hygiène alimentaire fait débat
 Impact sur l’économie


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems