Directeur : El Atouabi Majdouline           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
 
 
 
        Nationale

Amine DERKAOUI

 Bilan de mi-mandat, les non-dits d'El Othmani
Acte I, la croissance économique
 
Tout discours vaut par ce qu'il dit et autant par ce qu'il ne dit pas. Celui prononcé par Saâdeddine El Othmani le lundi 13 mai au Parlement à l'occasion du mi-mandat de son gouvernement a fait couler beaucoup d'encre, car justement il était truffé de non-dits. Au final, nombreux sont ceux qui l’ont tancé, d'autres l’ont analysé, tandis que certains en ont chanté les louanges, sans que personne ne s'avise de commenter ce qui manquait à cet exposé. En quatre séries d'articles, L'Opinion décrypte les non-dits d'un bilan pour le moins mitigé en commençant par la croissance économique, véritable indicateur de la performance de tout Exécutif qui se respecte.
Deux heures! C'est le temps qu'a pris le Chef du gouvernement pour exposer son bilan de mi-mandat devant les deux chambres du Parlement réunies lundi dernier à cette occasion. Une allocution suivie par la mise en ligne d'un document de 358 pages qui synthétise le bilan

de l'Exécutif après deux ans et demi de sa nomination. Un bilan qui n'en est vraiment pas un, puisque la majorité des "réalisations" ne font que réciter des missions relevant du travail de tous les jours d'un gouvernement: signature d'accords, tenues de conférences, constitutions de commissions.

Sur 358 pages donc, aucune mention du  "taux de croissance", véritable talon d'achille de l'actuel gouvernement qui, visiblement, préfère vanter la progression du Maroc dans un classement sur le climat d'affaires que d'attaquer les indicateurs de la conjoncture. Tour d’horizon du taux de croissance en quatre questions.

Le taux de croissance du PIB,
c'est quoi?
Le PIB étant l'indicateur économique qui permet de mesurer les richesses produites dans un pays ou dans une zone géographique, le taux de sa croissance est exprimé par un pourcentage indiquant son évolution d'une période à une autre. Mais en général, lorsqu'on parle du taux de croissance du PIB, on fait référence à l'évolution dans l'espace d'une année. Comme la croissance économique est source d'augmentation des revenus et de l'emploi, elle est donc naturellement une panacée pour tous les gouvernements. Mais bien entendu et à l’instar du gouvernement El Othmani, tous n'y parviennent pas. Car la question reste de savoir quelles sont les causes qui stimulent la croissance. Faut-il par exemple mettre en avant le rôle de l'offre ou bien faut-il stimuler la demande qui pousse à produire plus? Les deux approches peuvent s'avérer fructueuses selon les différents contextes.  

Est-ce si important pour le Maroc?
Loin de prétendre que le taux de croissance reflète parfaitement la situation économique et sociale du pays, il reste révélateur de la performance de la politique économique en place.
Il est coutume de dire que la croissance économique au Maroc est caractérisée par une évolution en dents de scie, marquant des hauts et des bas selon les variations de la production agricole- elle même tributaire des conditions climatiques. C’est ce que la célèbre citation du Maréchal Lyautey “au Maroc gouverner c’est pleuvoir”, résume si bien. Or dans son dernier rapport sur les "Perspectives pour l’économie mondiale", la Banque mondiale révèle que le taux de croissance du Maroc est passé de 4,1% en 2017 à 3,2% en 2018 et ce malgré une "récolte agricole abondante et une conjoncture touristique favorable".

Côté demande intérieure, la consommation des ménages, sur une tendance baissière, demeure le principal moteur de l’économie, continuant à générer des déficits car nourrie principalement par les importations. Quant à la demande extérieure, malgré les performances notables à l’export des secteurs de l'automobile, des phosphates et de l'agroalimentaire, contribue toujours négativement à la croissance. Résultat: la Banque mondiale prévoit une croissance en baisse en 2019 qui devrait atteindre 2.9%, soit le même taux que la Tunisie, dont l'économie, faut-il le rappeler, peine toujours à se relever des effets néfastes du printemps arabe. Plus loin mais toujours sur la rive sud de la Méditerranée, l'Égypte fait office de champion en comparaison avec le Maroc. Le pays des Pharaons qui a également subi le printemps arabe, table en effet sur un taux de croissance hors norme de 5.6% grâce notamment au tourisme et aux immenses chantiers d'infrastructures lancés par le président Abdelfattah Al-Sissi. En somme, le Maroc malgré une conjoncture agricole, touristique et politique favorable ne parvient pas à faire mieux que la Tunisie et reste très loin de l’Egypte. Le Maroc, en tant que pays qui aspire au développement, n'a d'autres choix que “d'accélérer sa croissance par l'amélioration du pouvoir d'achat de sa population et de son attractivité envers les investissements étrangers, ainsi que par la réduction de sa dépendance aux importations”, comme nous l’explique M. Omar Kettani, Professeur d’Economie à l’Université Mohammed V de Rabat.    


Pourquoi est-il malsain de ne pas en parler dans le cadre d’un bilan gouvernemental?
Certes, le taux de croissance à lui seul n'incarne pas la situation économique et sociale d'un pays car, encore faut-il savoir à qui profite cette croissance. Le professeur Omar Kettani insiste sur les défaillances des analyses conjoncturelles, à défaut de "répercussions palpables sur la vie de citoyens". "Bien que le Maroc ait adopté une économie de marché qui en théorie permet d'atteindre la classe moyenne, cette dernière est affaiblie par le désengagement de l'Etat des secteurs sociaux comme la santé et l'éducation", analyse l'économiste. Le creusement des inégalités au Maroc n'est même plus un secret pour personne. Dans un rapport sorti en janvier 2019, l'ONG OXFAM a dressé un tableau noir sur les inégalités au Maroc, relevant que les 10 % les plus riches ont un niveau de vie en moyenne 12 fois supérieur à celui des 10 % les plus pauvres, un écart qui n’a guère reculé depuis les années 1990.  

Du côté du gouvernement, l'omerta sur la croissance économique est de rigueur, car d'abord le taux réalisé est de loin en deçà de celui promis par El Othmani en début de mandat. Le Secrétaire général du PJD avait en 2016 prévu dans son programme gouvernemental un taux de croissance ambitieux se situant entre 4,5% et 5,5% à l'horizon 2021. Mais il n'en sera certainement rien; la Banque mondiale a fait savoir dans son dernier rapport semestriel de janvier 2019 que ses prévisions pour le taux de croissance marocain sont autour de 3,5% pour les années 2020 et 2021.

De quoi remettre en question la fiabilité d'un bilan qui omet ces données, pourtant si inquiétantes.

Avant, c'était mieux?
Ce qui est sûr, c'est que le taux de croissance peine à décoller depuis 2012 et oscille entre 1,2% et 4,5% sans jamais atteindre les 5% réalisés par la majorité dirigée par l'Istiqlal de 2007 à 2011. Le gouvernement Abbas El Fassi avait en effet réussi à maintenir durant son mandat un taux de croissance annuel moyen de 4,7%. Même si la croissance au Maroc a "rarement" dépassé les 5% -comme le révèle une publication de l'HCP datant de 2005 intitulée Les sources de la croissance économique au Maroc-, le gouvernement El Fassi était plutôt performant de ce point de vue. Le premier de ses acquis a été le maintien de la dynamique de croissance, presque à contre-courant de la conjoncture économique de l'époque. Certes, l'objectif de 6% par an, en moyenne, prévu au départ n’a pas été atteint, mais avec une hausse moyenne de 4,7% entre 2008 et 2010, ce n’est pas si mal que cela. Ces réalisations furent le résultat d’une politique expansionniste en matière d’investissement public (Etat, collectivités locales, établissements et entreprises publics…), qui a été augmenté de plus de 104%, passant de 83 milliards en 2007 à 178,3 milliards dirhams en 2011, comme l'avait rapporté l'ancien Premier ministre Istiqlali dans un discours à Fès le 13 novembre 2011.
Ce fut aussi le fruit d’une politique volontariste en termes d’amélioration du pouvoir d’achat par l'augmentation des salaires à la fois directement (dans la Fonction publique), et indirectement via la baisse des taux d’imposition.
De l’aveu même du porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi, l’Exécutif actuel est à court de vision. "Le modèle actuel ne permet pas une croissance à même de développer l'économie marocaine, (...) il va falloir faire plus", avait-il regretté en juillet 2018 à la suite d'un Conseil du gouvernement. Tout est clair!

Amine DERKAOUI
19/5/2019
Lu 11562 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Sahara : Vérités et cécité
Pris à la gorge par une révolte populaire inédite, le régime algérien poursuit malgré tout sa hargne
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
 
Métier d’un mois, métier de toujours : Traiteur

Bouteina BENNANI

« Les Restos du cœur », version marocaine

Lionel ATOKRé
 
   
  Chronique
 
Quand Hassan El Fed jeûne, la télé perd du poids
Hamid YAHYA
 
  T�l�gramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Métier d’un mois, métier de toujours : Traiteur
 « Les Restos du cœur », version marocaine
 La Marina Bouregreg veut « augmenter son attractivité »
 Saâdeddine El Othmani assigné en justice
 Acte I, la croissance économique
 Acte III, le chômage
 Acte II, le déficit budgétaire
 Les recettes des experts de l'Istiqlal pour relancer la croissance
 7.941 PME-TPE ont fait banqueroute en 2018
 SM le Roi Mohammed VI autorise l’ouverture de 20 nouvelles mosquées


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems