Directeur : El Atouabi Majdouline           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Nationale

Amine DERKAOUI

 Acteurs centraux de la co-propriété : Ils sont oubliés par la législation
Vers la régulation de la profession de concierge  
 
Oubliés de la législation,
les concierges des immeubles pourront bientôt voir leur situation régulée, grâce à une proposition de loi du Parti
de l'Istiqlal. 


Ils sont là pour surveiller nos appartements, distribuer le courrier, nettoyer et entretenir nos résidences, mais sont souvent embauchés contre un salaire précaire, si ce n'est une résidence faisant office de contrepartie de leurs tâches éprouvantes. C'est dans le but de "régulariser" la situation d'environ 4.000 concierges au Maroc que le groupe istiqlalien pour l’unité et l’égalitarisme à la Chambre des Représentants a déposé une proposition de loi, qui reconnaît leur statut et fixe les conditions de l'exercice de leur travail. 
En effet, le seul texte juridique qui fait référence à cette catégorie, à l'influence considérable dans la vie quotidienne des Marocains, est le Dahir de 1977 sur l’entretien des immeubles et l’installation de conciergeries, qui ne prévoit ni rémunération, ni protection sociale aux concierges. Ainsi, la nouvelle proposition de loi de l'Istiqlal oblige les propriétaires des immeubles à y aménager un "logement décent" pour les concierges, de conclure avec eux un contrat de travail "obéissant aux dispositions du Code du travail et au régime de protection sociale", avec une rémunération qui "ne peut être inférieure au salaire minimum", soit 14,13 dirhams pour une heure de travail.
Selon la nouvelle formule du Dahir, telle que proposée par le parti de la balance, les concierges des immeubles peuvent aussi recourir aux inspecteurs de travail pour faire valoir leurs droits et, inversement, les inspecteurs, dans le cadre de patrouilles, constatent les violations de la loi et soumettent des PV aux tribunaux compétents. 
Auteur du texte, le député Istiqlalien Lahcen Haddad a confirmé, dans une déclaration à "L'Opinion", qu'une question à ce sujet sera adressée au ministre de l'emploi dans la session orale de la première chambre, ce lundi 8 juillet, et que le groupe "défendra cette proposition jusqu'à son adoption finale par le Parlement". 
Amine DERKAOUI
8/7/2019
Lu 6274 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Inquiétudes et pertinences
Le recours du gouvernement à la cession, dans l’urgence, de participations publiques stratégiques do
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
 
Dashcam, le nouveau compagnon de route des automobilistes

Lionel ATOKRé 
 
   
  Chronique
 
L’«émanation» du peuple, contre le peuple 
Jamal HAJJAM
 
  T�l�gramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Dashcam, le nouveau compagnon de route des automobilistes
 L’«émanation» du peuple, contre le peuple ?
 Ce que le "rapport Benyoub" ne dit pas
 Rachid Talbi Alami au ras du gazon
 Inquiétudes et pertinences
 Bourita remet un message de SM le Roi Mohammed VI au président rwandais
 N. Bourita représente SM le Roi
 27,3 tonnes de chira découverts dans trois camions au Port Tanger-Med
 Vers la régulation de la profession de concierge? 
 Un Palestinien arrêté pour crypto monnaie


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems