Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
 
 
 
        Editorial
 
Maroc-Algérie : Le discours de l’avenir

Jamal HAJJAM

La réservation par SM Mohammed VI de l’ouverture du discours prononcé à l’occasion de l’anniversaire de la Marche Verte aux relations Maroc-Algérie est hautement significative. La solennité du propos dévoile une réelle préoccupation quant à l’urgence qu’il y a à transcender les difficultés et à dissiper tous les malentendus en vue de relever les défis pressants qui ne peuvent attendre et qui interpellent sérieusement les deux pays.
Le souci du Souverain ne date certes pas d’aujourd’hui puisque ce n’est pas la première fois qu’il lance un appel à l’Algérie pour une normalisation des relations, mais nous sommes aujourd’hui devant une démarche novatrice qui apporte les outils de la concrétisation de cette normalisation à laquelle toutes les personnes sensées dans les pays maghrébins appellent de leurs vœux. En proposant la création d'un “mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation”, le Souverain vise en effet l’opérationnalisation de la normalisation souhaitée tout en garantissant à sa mise en œuvre les conditions de succès.
L’initiative royale d’instaurer un cadre spécifique de dialogue entre les deux pays est tout à fait opportune et louable étant à même de jeter les bases de la relance de la coopération bilatérale et, par ricochet, de la réanimation du l’Union maghrébine. La mort clinique de ce regroupement régional pénalise sérieusement et durablement les économies des pays membres et bloque la coopération régionale dans les domaines les plus sensibles, principalement la migration et la lutte contre le terrorisme dont les groupes armés ont élu domicile dans les pays du Sahel portant ainsi un coup sévère à la sécurité et à la stabilité dans de nombreux pays africains. La proposition du Maroc cherche donc tout autant à servir les intérêts immédiats des deux pays voisins et des peuples du Maghreb qu’à promouvoir les conditions de paix, de sécurité et de stabilité aux niveaux régional, continental et mondial.
Les ingrédients retenus par le Souverain dans cette entreprise de main tendue consistent en la responsabilité, l’engagement, la clarté et l’ambition. Une manière de dire que tant que la volonté est réelle, que les positions sont claires et que l’ambition consiste en le dépassement des blocages conjoncturels et objectifs, l’intégration maghrébine passera comme une lettre à la poste, avec, à la clé, le développement et la prospérité garantis pour les peuples de la région. En gage de sincérité, le Souverain qui suggère que le niveau de représentation au sein de la structure proposée, son format et sa nature soient à convenir d'un commun accord, a laissé la porte ouverte à d’éventuelles propositions et initiatives émanant de l'Algérie. Une posture on ne peut plus incitative à condition d’une réaction conséquente de la part du voisin de l’Est.

Jamal HAJJAM

7/11/2018
Lu 5922 fois
| |
 
Autisme gouvernemental

Jamal HAJJAM

La session d’octobre du Conseil national du Parti de l’Istiqlal a été l’occasion pour le parti de rappeler ses constantes, de décliner sa vision du nouveau modèle de développement et de s’arrêter sur la gestion gouvernementale de la chose publique. Une gestion pour le moins catastrophique et fortement préoccupante, avec l’amer constat que la situation économique et sociale empire au fil des jours et des étapes.
L’Istiqlal avait déjà tiré la sonnette d’alarme en avril 2018 lorsqu’il s’était rangé, à juste raison, dans l'opposition, dénonçant dans la foulée un ensemble de dysfonctionnements qui empêchent le pays d’aller de l’avant en matière de gouvernance et de responsabilité politique. Les mêmes tares persistent et d’autres sont venues se greffer dessus aggravant le sentiment chez le citoyen d’être délaissé et livré à l’inconnu.
Si, il y a quelques mois, le Parti de l’Istiqlal fustigeait, entre autres, l’infiltration des tendances libérales déséquilibrées dans les structures de l'économie nationale, la dilapidation du temps et des opportunités de réforme, la lenteur du rythme de l'action gouvernementale pour honorer les engagements et satisfaire les revendications légitimes des citoyens, le constat aujourd’hui est que nous sommes face à un gouvernement carrément autiste et en total déphasage avec la réalité du pays et les intérêts des citoyens. Sa marque de fabrique est désormais l’improvisation (à l’image du triste épisode de changement de fuseau horaire), la non mise en oeuvre des engagements pris, tel la non élaboration comme il se devait d’une nouvelle approche du modèle de développement appelé par le Souverain de ses voeux, outre l’inertie et le laxisme.
Sur le plan social, l’Exécutif patauge tout simplement : le malaise social s’aggrave, la grogne monte, les revendications demeurent lettre morte et le semblant de dialogue social fait dans le surplace. En face, un discours officiel creux et plutôt démagogue à l’image de celui vendant le projet de loi de finances 2019 comme étant un “projet social par excellence” juste parce que le budget de certains secteurs sociaux a été revu à la hausse -ce qui est dans la nature des choses- alors qu’au volet de la fiscalité, le pouvoir d’achat sera mis à rude épreuve, particulièrement celui de la classe moyenne, souffre douleur d’un gouvernement manifestement en manque chronique d’imagination et d’innovation.
Au mois de mai dernier, l’Istiqlal avait pourtant essayé de donner un coup de main à l’Exécutif, partant de son engagement à plaider de manière constructive pour l’intérêt national en vue de répondre aux attentes légitimes des citoyens. Son mémorandum appelant à revoir les priorités et contenant des mesures urgentes pour faire face à la cherté de la vie, améliorer le pouvoir d’achat et soutenir l’emploi des jeunes, a tout simplement été classé sans réponse par un Exécutif non réceptif et qui préfère toujours regarder ailleurs.
L’inexistence d’une vision globale et intégrée et l’absence de réactivité du gouvernement face aux alertes sociales répétitives et aux attentes des citoyens, en sus de son attentisme incompréhensif, sont autant d’ingrédients qui n’augurent rien de bon dans un contexte économique et social qui n’a jamais été aussi fragile.
C’est ce qui détermine le Parti de l’Istiqlal, comme cela est ressorti des travaux de son Conseil national, à la mobilisation engagée pour que les mutations indispensables se fassent au service du développement et de la stabilité du pays.

Jamal HAJJAM

29/10/2018
Lu 6693 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


Quand l’Exécutif outrepasse ses prérogatives et s’acharne contre les attentes des citoyens

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Maroc-Algérie : Le discours de l’avenir
La réservation par SM Mohammed VI de l’ouverture du discours prononcé à l’occasion de l’anniversaire
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
   
   
  Chronique
 
Missions parlementaires : Un instrument sous-exploité
Mustapha CHABBAK

Quand l’Exécutif outrepasse ses prérogatives et s’acharne contre les attentes des citoyens

Jamal HAJJAM
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 La tombée des masques, signe avant-coureur du triomphe du droit
 Vision du Parti de l’Istiqlal pour un nouveau modèle de développement / Les six Ruptures
 En 43 ans, le Sahara marocain est devenu un havre de paix et de prospérité
 Une grande épopée qui a amorcé la formidable mue des provinces du Sud
 Maroc-Algérie : Le discours de l’avenir
 Une nonagénaire et sa fille coincées sous les décombres, deux blessés hospitalisés
 Le Parti de l’Istiqlal conclut un partenariat stratégique avec le Parti Populaire Européen
 Intégration maghrébine : Main tendue du Souverain à l’Algérie


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems