Directeur : El Atouabi Majdouline           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Editorial
 
Immaturité et rendement stérile

Jamal HAJJAM

Au mois de février 2018, les partis de la coalition gouvernementale signaient une « charte de la majorité ». Elaborée au lendemain d’un épisode de crise entre ses composantes, la charte se voulait un document « contractuel et cadre de référence politique et moral encadrant l’action commune [des partis de la coalition] sur la base d'un programme clair et des priorités bien définies ». Approche de principe somme toute noble qui suppose la promotion d’un exercice de pouvoir exécutif performant, empreint de cohérence, d’efficacité, d’homogénéité et de responsabilité solidaire.
Mais à quoi assiste-t-on depuis la signature de cette charte  A la négation de cette même charte. A un désordre aux relents de désastre fait de querelles, de luttes intestines, de jérémiades, d’accusations et contre accusations… au détriment de la mise en œuvre de politiques publiques conséquentes et de traduction sur le terrain des projets de réforme objet d’engagement devant le Parlement, et des projets de développement à caractère stratégique, objets de directives royales.
En lieu et place d’un sursaut gouvernemental qui puisse être salvateur après que la crise économique et sociale ait pris des dimensions alarmantes, et au moment où des réformes déterminantes attendent leur lancement, le citoyen, ahuri, assiste à l’ouverture d’ores et déjà des hostilités électorales entre les deux principales composantes de la majorité qui se livrent une bataille de leadership stérile, obnubilées comme elles sont par une hasardeuse polarisation.
Le citoyen, frustré, assiste à l’effondrement des secteurs sociaux, faute de vision intégrée, et subit une dégradation continue de son pouvoir d’achat en raison d’une imposition excessive et de la libéralisation des prix après la suppression, mal préparée socialement, de la Caisse de Compensation.
Le citoyen, désabusé, assiste à l’abandon d’engagements antérieurs et à l’ajournement d’autres à des fins électoralistes, le tout sur fond de gel du dialogue social.
Le citoyen, estomaqué, réalise à quel point le discours du gouvernement, faussement engagé aux côtés des régions et zones marginalisées, est contredit par la réalité sur le terrain. Il se rend compte de l’absence, fortement pénalisante pour ces régions, de la coordination entre les différents secteurs et départements gouvernementaux.
Le citoyen, stupéfait, découvre un gouvernement qui s’oppose à lui-même. Un gouvernement qui adopte en Conseil de gouvernement le projet de loi-cadre pour la réforme du système d’éducation, de formation et de recherche scientifique et qui s’y oppose au parlement, sans état d’âme. Même chose pour le projet de loi organique de la langue amazighe, première loi organique prévue par la Constitution de 2011, qui devait être adoptée au plus tard cinq années après, soit avant septembre 2016, ou encore pour la création du Conseil national des langues et de la culture marocaines, quand bien même le gouvernement dispose d’une majorité parlementaire.
Le citoyen, déboussolé, se rend compte, à l’occasion de la discussion de la facture électronique pour les commerçants, de la duplicité dont fait état le gouvernement.
Le citoyen, trompé sur la question de l’emploi, réalise à quel point le gouvernement manque de crédibilité. Un million 200 mille opportunités d’emploi en quatre ans, avait promis l’Exécutif, ce qui appelle une croissance annuelle de 15%. Une utopie bien sûr et, bien évidemment, le gouvernement, qui peine à réaliser un petit 3%, le savait très bien. Promesse mensongère donc.
Le citoyen, terriblement déçu, se lamente sur la faiblesse de rendement du gouvernement dont les composantes, trop occupées par leur guéguerre interne et par leur course au leadership, n’arrivent pas à se mettre d’accord sur une vision gouvernementale pour un nouveau modèle de développement.
Ces tares et bien d’autres renseignent sur la faiblesse de l’Exécutif et sur son improductivité dues principalement à l’inefficacité d’une majorité gouvernementale qui ne cesse de démontrer son immaturité.
Jamal HAJJAM

19/3/2019
Lu 16079 fois
| |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Immaturité et rendement stérile
Au mois de février 2018, les partis de la coalition gouvernementale signaient une « charte de la maj
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
 
Marina Bouregreg, 11 ans et tous ses dons

Bouteina BENNANI
 
   
  Chronique
 
Pourparlers de Genève : Le fourbe reprend du service
Jamal HAJJAM

Souriez, le gouvernement vous protège !
Jamal HAJJAM

Prions
Jamal HAJJAM
 
  T�l�gramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Marina Bouregreg, 11 ans et tous ses dons
 Souriez, le gouvernement vous protège !
 Pourparlers de Genève : Le fourbe reprend du service
 L’action sur le terrain comme remède face à l’incertitude ambiante
 La nuit des longs bâtons
 Le journaliste de « L’Opinion » Hamid Yahya, élu président
 Confusion algéro-polisarienne
 Participation de la frégate ''Mohammed V’’ de la Marine Royale
 Tendance baissière des flux financiers


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems