Directeur : El Atouabi Majdouline           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
 
 
 
        Editorial
 
Sahara : Vérités et cécité

Jamal HAJJAM

Pris à la gorge par une révolte populaire inédite, le régime algérien poursuit malgré tout sa hargne contre le Maroc et son intégrité territoriale confirmant son hostilité viscérale, voire génétique. Se souciant peu de son propre sort, il continue de s’activer à l’international pour claironner que l’affaire du Sahara est une question de décolonisation. Et c’est en déphasage total avec les données objectives de l’étape que traverse le dossier, qu’il s’appuie obstinément sur des références tronquées et sélectives et s’attache mordicus aux plans antérieurs, enterrés pourtant définitivement depuis 2004 par le Conseil de Sécurité et dont la caducité est officiellement et internationalement établie.
C’est kafkaïen mais c’est le propre des caciques de ce régime grabataire qui passe ainsi, dans la foulée de sa dislocation, de la myopie à carrément la cécité alors que le cours des événements à l’intérieur de l’Algérie et dans la région, ainsi que l’évolution onusienne du dossier du Sahara, incitent à faire valoir un tant soit peu de raison ne serait-ce que pour préserver, pour l’Histoire, un minimum de dignité.
De toute évidence, la question du Sahara ne peut être une affaire de décolonisation mais d’intégrité territoriale du Maroc et de souveraineté nationale, arguments à l’appui. Et pour cause. C’est le Maroc qui l’a introduite aux Nations-Unies en 1963, en tant que territoire à récupérer, et ce, au moment où l’Algérie recouvrait à peine son indépendance et que le «polisario», création algérienne ultérieure, n’était pas encore conçu.
Rabat, qui réclamait officiellement, légitimement et ouvertement la rétrocession du Sahara par l’Espagne, avait, par ailleurs, convaincu de la légitimité de sa position, pris le devant lors de son adhésion à l’OUA, toujours en 1963, pour émettre ses réserves sur le principe de l’intangibilité des frontières héritées de l’ère coloniale.
L’avis consultatif de la Cour internationale de Justice de 1975 a, pour sa part, reconnu l’existence des liens d’allégeance des populations du Sahara aux souverains du Maroc et, réciproquement, de l’autorité de ces derniers sur cette région. L’avis de la Cour reconnaissait donc implicitement que ce territoire qui n’a jamais été une terre sans maître, faisait bel et bien partie intégrante du territoire marocain.
En 2004 et devant l’impossibilité pratique d’organiser un référendum d’autodétermination comme le prévoyait le plan de règlement initial aujourd’hui caduc, l’ONU avait ouvert la voie devant une autre forme d’autodétermination : une solution politique négociée et définitive. Le Maroc y a concrètement adhéré en 2007 en mettant sur la table son initiative pour la négociation d’un statut d’autonomie du Sahara, dans le cadre de la souveraineté du Maroc et de son unité nationale. Depuis sa présentation, la prééminence de cette proposition a d’ailleurs été consacrée dans toutes les résolutions du Conseil de Sécurité.
Aujourd’hui, et au bout de plus de quatre décennies de vaines falsifications des vérités historiques, de blocages et de tentatives d’avortement de chaque avancée réalisée sous l’égide des Nations Unies, le régime algérien, fossilisé dans sa haine du Maroc, refuse toujours de voir la vérité en face. Ceci à un moment où l’ONU semble déterminée à venir à bout de ce conflit artificiel qui ne cesse de mettre à mal la paix et la sécurité régionales, du fait du climat d’instabilité qu’il engendre.
L’organisation par l’Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara de deux tables rondes impliquant directement l’Algérie en tant que partie prenante -une première dans les annales du conflit-, en dit en tout cas long sur l’intention de l’ONU de passer à la vitesse supérieure et, surtout, de mettre le voisin de l’Est devant ses responsabilités historiques.
Jamal HAJJAM

10/5/2019
Lu 17325 fois
| |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Sahara : Vérités et cécité
Pris à la gorge par une révolte populaire inédite, le régime algérien poursuit malgré tout sa hargne
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
   
   
  Chronique
 
Quand Hassan El Fed jeûne, la télé perd du poids
Hamid YAHYA
 
  T�l�gramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Sahara : Vérités et cécité
 Quand Hassan El Fed jeûne, la télé perd du poids
 Maroc-Arabie Saoudite, un parfum de détente
 « Dans les mois à venir, nous allons déployer Glovo sur Meknès, Fès et Agadir »
 SM le Roi Mohammed VI inaugure un centre médical de proximité à Rabat
 Le Phénomène Glovo
 La salutaire intermédiation de l’UGTM


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems