Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    RDC : Dialogue national : Après la signature, les tractations continuent...  
   
 
        Sport
 
Les Lions de l’Atlas dépassés par les événements

Hamid YAHYA

Photo: Nidal chrifi
Photo: Nidal chrifi

Depuis deux décennies le football marocain ne cesse d’accumuler les échecs et à chaque fois la FRMF essaie de se cacher le visage en cherchant des excuses. Le refrain qui revient à chaque fois : créer des commissions d’enquête et changer de rôles, mais les mêmes têtes restent. Avec l’arrivée de Fouzi Lekjaâ, son équipe a retroussé les manches et a mis le paquet pour redorer le blason d’un football qui regorge de talents, mais qui tarde à s’affirmer. C’est ainsi que la FRMF, sous la pression du public, a fait appel à Badou Zaki dans un premier temps et qui a commencé la campagne. Avec 0 défaite et un parcours plutôt honorable, le technicien marocain a été remplacé par un Français. Hervé Renard, fort de ses deux titres africains, atterrit comme un messie, mais ses choix et ses sorties médiatiques ont semé le doute dans le camp marocain. Les dernières défections pour cause de blessures de joueurs cadres (Boufal, Belhanda, Amrabet, Tanane et Nassiri), sans parler du choix de Renard de ne pas faire appel à Hakim Zayach ne font que renforcer ce doute.
Hervé Renard a fait un autre choix discutable en choisissant les Emirats Arabes Unis comme lieu de préparation des Lions avant de s’envoler pour le Gabon. Beaucoup d’observateurs le considèrent comme intempestif et dicté par d’autres considérations.
En plus Renard a fait récemment des sorties médiatiques qui ont révélé une autre face du personnage qui n’a rien du professionnel. Il a affirmé qu’il n’avait pas une baguette magique, que le Maroc n’a pas de grands joueurs et la dernière en date qu’il va revenir exercer en Ligue 1. Le dernier match test contre la Finlande, disputé lundi, a révélé une carence au sein de tous les compartiments de jeu et des choix tactiques qui ont montré leurs limites.
En tant que seul maître à bord, il a intérêt à rectifier le tir s’il veut aller loin et la FRMF est responsable vis-à-vis de la personne qu’elle a choisie et qui jouit de cette carte blanche.

11/1/2017
Lu 1687 fois
| |
 
Amical : Maroc -Finlande : 0-1 : Le doute... !

Regragui N.

Ils n’ont pas choisi le terrain de Rabat, Marrakech, Marbella ou la Maâmora pour préparer cette CAN 2017 et pour cause, se permettre, comme avancé, les meilleures conditions de travail (on n’est pas contre) et d’une pierre deux coups. Fuir, primo, cette pression du large public marocain et, secondo, imposer des milliers de kilomètres à cette presse marocaine trop exigeante qui fait des scoops sa spécialité (une bonne partie). Presse que l’on peut aussi qualifiée de dérangeante et qui n’a pas de place dans le même avion des Lions de l’Atlas. Hervé Renard en patron exigeant qui reçoit ainsi le OK de la FRMF. Sa responsabilité du choix de ce coin des pays du Golfe (Stade Tahnoune aux Emirats Arabes Unis) est sans nul doute apparente et tans pis pour la facture .
Tahnoune comme par malédiction, les blessures se sont succédée et comme dit l’autre ‘’fragiles‘’ les Belhanda, Amrabet, Tanane, Boufal et qui sait la liste n’est pas encore close…touchons le bois !
Une déception de plus même en mode ‘’match amical‘’. Longtemps nos parents nous ont appris cet adage qui dit : «Il est sorti incliné de sa tente » (nos excuses pour la traduction).
Forts dans leurs clubs européens, mais au rendement trop bas en équipe nationale et rebelote pour un discours usé qui pose, finalement, problème.
Combativité, homogénéité, football déchet, stars sans l’être, une ou deux satisfactions, mais pour le reste des joueurs en fin de carrière... les discussions sur les terrasses de cafés, maisons, bureaux, bus, usines, écoles, chez l’épicier du coin : «Tahnouna à Tahnoune, ça nous rend malades ».
La Finlande qui met en doute ce projet à Hervé Renard de nous voyager loin (quart de finale), on ne le cache pas. Tellement que c’est agaçant de voir nos Lions de l’Atlas incapables de construire trois passes successives que le gardien de l’immeuble me soulage : « Ne t’énerves pas. L’avion de service laissera les hélices en marche ». Je lui répond : « Je garde espoir que ça va se soigner à Oyem... »


11/1/2017
Lu 86 fois
| |
 
Fouzi Lekjaa: le succès du football marocain tributaire de la contribution de tous les intervenants

Le succès du football marocain est tributaire de la contribution de tous les intervenants, a souligné, lundi à Rabat, le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa. S’exprimant lors d’une réunion entre la direction technique nationale et les entraîneurs de l’Elite 1 et 2 de l’Amicale des Entraîneurs et les arbitres du championnat national, Lekjaa a appelé l’ensemble des intervenants à assumer pleinement leurs responsabilités dans le processus de développement du ballon rond national, ajoutant que l’action des intervenants doit être permanente, responsable, transparente et sérieuse.
Lors de cette rencontre, le patron de la FRMF a appelé les arbitres et entraineurs à travailler la main dans la main, insistant sur le rôle du sport en général et du football en particulier dans la promotion des valeurs de fair-play.
A cet égard, ajoute Lekjaa, la FRMF ne ménagera aucun effort pour accompagner et soutenir le football marocain, à travers l’intérêt qui doit être accordé à la formation sous ses différents aspects.
Cette rencontre a également été l’occasion pour Lekjaa de remettre des badges de la FIFA aux arbitres marocains en 2017 en l’occurrence: Bouchaib Lahrach, Nouredine Jaafari, Samir Kazaz, Hicham Tiazi, Khalid Nouni, Hicham Ait Abbou, Youssef Mabrouk, Yahya Nouali, Abdellah Filali Mohib, El Hassan Azgaou ainsi que Redouane Jyed et Redouane Achik, actuellement au Gabon pour officier en phase finale de la 31e édition de la Coupe d’Afrique des nations (14 janvier - 5 février).

11/1/2017
Lu 24 fois
| |
 
Championnat national et Coupe du Trône: La FRMSPH remet les primes d'encouragement aux associations titrées
 Photo-souvenir de la grande famille de la FRMSPH.   (Ph. Nidal CHRIFI)
Photo-souvenir de la grande famille de la FRMSPH. (Ph. Nidal CHRIFI)

La Fédération Royale Marocaine des Sports pour Personnes Handicapées (FRMSPH) a organisé dimanche au centre national des sports Moulay Rachid à Maâmora une cérémonie de remise des primes d’encouragement pour les associations titrées en championnat national et Coupe du Trône ainsi qu’aux associations des sports collectifs ayant bouclé le calendrier fédérale 2015-2016.  Ont été primés en championnat national les associations ayant occupé les trois premières places alors qu›en Coupe du Trône seuls les associations classées 1ères et 2èmes dans les quatre épreuves collectives (football des sourds, basketball sur fauteuil, volleyball-assis et cécifoot) et six compétitions individuelles (tennis de table, pétanque, natation, Power-lifting, athlétisme et tennis sur fauteuil). Cette cérémonie a été également l›occasion pour la FRMSPH de récompenser les associations ayant disputé l›ensemble des épreuves des sports collectifs de la saison 2015-2016.
 S›exprimant à cette occasion, le président de la FRMSPH, Hamid El Aouni a remercié l›ensemble des associations et leur staff technique pour les résultats enregistrés lors de la saison passée et qui ont été couronnés par une bonne représentation du Maroc aux derniers Jeux Paralympiques en septembre dernier à Rio de Janeiro au Brésil (NDRL: 7 médailles, 3 en or, 2 argent et 2 en bronze).  
M.Hamid EL Aouni, qui occupe également le poste de vice-président du comité paralympique africain, a également salué l›engagement du ministère de la Jeunesse et des Sports et l›Institut royal de la formation des cadres pour leur accompagnement en matière de formation et de préparation des sportifs de la FRMSPH.
Pour le directeur technique national, Saïd Lamrini, cette initiative, la première dans l›Histoire de la FRMSPH, s›inscrit dans le cadre d›une politique d›encouragement vis à vis des associations pour les inciter à adhérer à la FRMSPH et élargir ainsi la base des pratiquants (NDRL: le nombre actuel des associations affiliées à la fédération est de 42).

11/1/2017
Lu 23 fois
| |
 
La FIFA adopte le passage à 48 équipes, avec 16 groupes de 3

La Fifa a adopté mardi «à l’unanimité» le passage à 48 équipes dès la Coupe du monde 2026 avec une première phase de 16 groupes de 3 équipes, a annoncé mardi l’instance sur son compte Twitter.
Le Conseil de la Fifa, gouvernement du football mondial, a ainsi adopté la proposition défendue par le président Gianni Infantino, qui selon lui accroîtra l’intérêt sportif du Mondial et les retombées financières.
«Le Conseil de la Fifa a décidé à l’unanimité le passage à 48 équipes dès 2026, avec 16 groupes de 3», a annoncé la Fifa dans un court message sur son compte Twitter, précisant que les détails seraient donnés à l’issue de la réunion du Conseil qui a débuté à 09h00 (08h00 GMT).
Aucune précision n’a encore été donnée sur la question cruciale de la répartition des places supplémentaires entre chaque confédération.
Selon une source proche de la Fifa, l’Europe passerait à 16 places (contre 13 aujourd’hui) et l’Afrique à 9 (contre 5).
Lancé en 1930 avec 13 équipes, passé à 24 en 1982 et à 32 en 1998, le Mondial de football continue donc à grossir, sur le modèle de l’Euro passé à 24 équipes lors de la dernière édition en France.
Pour Gianni Infantino, qui a succédé en février dernier à Sepp Blatter, ce passage à 48 équipes va encore accroître l’intérêt sportif de la compétition reine du sport roi, en donnant à plus de pays et pas seulement les grandes puissances du foot l’espoir de se qualifier. L’Islande et le pays de Galles ont atteint respectivement les quarts et les demi-finales de l’Euro en France cet été, bénéficiant du passage de 16 à 24 équipes de la compétition continentale, fruit de la volonté de Michel Platini, ex-patron de l’UEFA, et de... Infantino, alors son secrétaire général.
Infantino a dû faire face aux réticences notamment de grands clubs européens qui estiment le calendrier des joueurs déjà très chargé.

11/1/2017
Lu 21 fois
| |
 
Ski et montagne : La Coupe des Premières Neiges ce week-end : Le Trophée international Moulay Rachid les 13 et 14 février 2017 à Oukaimeden

Mohamed DRIHEM

Conformément à son calendrier sportif pour la saison 2016/2017, la Fédération Royale Marocaine de Ski et Montagne organisera la Coupe des Premières Neiges au titre de la saison sportive 2016-2017 les samedi et dimanche 14 et 15 janvier 2017 prochain à la Station de ski et de montagne de l’Oukaimeden.
Cette compétition est ouverte à toutes les catégories confondues (Hommes/Dames) relevant des ligues régionales du Nord et du Sud à raison de 5 meilleurs skieurs (es) participants(es) par clubassurés au titre de la saison 2016/2017 en plus d’un accompagnateur.
Au programme de cette première compétition de ski alpin de la saison 2016-2017, la Fédération prévoit une réunion de coordination avec le comité d’organisation de la compétition la soirée du vendredi 13 janvier avec la réservation de la journée du samedi 14 janvier pour l’entrainement et la mise en jambe des équipes de clubs participants en ce début de saison avec le tirage au sort des numéros des dossards dans la soirée.
La journée du dimanche 15 janvier, quant à elle, sera consacrée à l’organisation de la compétition de ski alpin des premières neiges et à la remise des prix aux meilleurs skieurs.
Au programme de ski alpin au titre de la saison 2016-2017, la Fédération Royale Marocaine de Ski et Montagne a prévu l’organisation et la participation à plus d’une compétition aussi bien au niveau national qu’au niveau international dont la plus importante et la plus attendue comme une PREMIERE ALPINE jamais organisée encore dans notre pays à savoir la Compétition internationale de ski alpin dotée du Trophée Prince Moulay Rachid inscrit cette année et pour la première fois dans l’Histoire du ski alpin marocain dans le calendrier sportif de la Fédération Internationale de Ski (FIS).
Cette compétition internationale dotée du Trophée Prince Moulay Rachid est prévue pour les 13 et 14 février 2017 à la station de ski et de montagne de l’Oukaimeden dans le Haut Atlas et dont la piste a été homologuée par la FIS l’an dernier pour abriter ce genre de compétition internationales de ski alpin aux côtés des deux pistes du Michlifen et celle de Habri dans la région du Moyen Atlas.

11/1/2017
Lu 81 fois
| |
 
Le sport, un point d’ancrage pour la stabilité dans un monde fragile : Les vœux de Thomas Bach, président du CIO, pour l’année 2017

Thomas Bach Président du CIO

« Alors que débute la nouvelle année olympique force est de constater que le sport est pratiquement le seul à pouvoir unir tous les peuples dans un monde de plus en plus fragile. Bon nombre de personnes, quels que soient leur parcours, leur nationalité ou leurs croyances, voient dans le sport un point d’ancrage pour la stabilité. C’est, selon moi, ce qui explique le succès des Jeux de Rio 2016. Les Jeux Olympiques, plus que tout autre événement sportif de 2016, ont su rassembler l’ensemble de la communauté internationale, avec la participation d’athlètes des 206 Comités Nationaux Olympiques et de la toute première équipe olympique des réfugiés. Ce fut un moment rare d’unité et de solidarité pour l’humanité tout entière. Nous avons assisté à de nouveaux records, vécu de grandes émotions, été les témoins de remarquables gestes de fair-play et de sportivité. La participation de l’équipe olympique des réfugiés a envoyé un message d’espoir fort aux millions de réfugiés à travers le monde. Les meilleurs athlètes internationaux nous ont prouvé qu’il était possible de concourir en paix. Pour toutes ces raisons, les Jeux Olympiques de Rio 2016 resteront dans les mémoires comme des Jeux merveilleux dans la Ville merveilleuse.
LE POUVOIR UNIQUE QU’ONT LE SPORT ET LES JEUX OLYMPIQUES DE RASSEMBLER TOUS LES PEUPLES EST L’UNE DES CONTRIBUTIONS LES PLUS IMPORTANTES QUE CES DERNIERS PEUVENT APPORTER EN CES TEMPS DIFFICILES.
Le pouvoir unique qu’ont le sport et les Jeux Olympiques de rassembler tous les peuples est l’une des contributions les plus importantes que ces derniers peuvent apporter en ces temps difficiles. Dans un monde gagné par la méfiance et l’incertitude, le sport est, pour beaucoup d’entre nous, source de joie et d’inspiration et nous rappelle que notre humanité commune est plus forte que les forces qui cherchent à nous diviser.
Près de la moitié de la population mondiale a regardé les Jeux de Rio, faisant de cette édition la plus suivie de l’histoire olympique, toutes plateformes de diffusion (TV et réseaux sociaux) confondues. Avec l’explosion des médias sociaux au cours des dernières années, un nombre sans précédent de personnes ont suivi les Jeux sur ces plateformes tandis que 7,2 milliards de vidéos officielles ont été visionnées. Une enquête menée au niveau international a révélé que ces Jeux Olympiques avaient été largement associés aux valeurs que sont l’excellence, l’amitié et le respect, pour n’en citer que quelques-unes.
Cette reconnaissance mondiale se traduit par d’importantes responsabilités pour le mouvement sportif. Étant donné le pouvoir fédérateur du sport, le public place de grands espoirs et des attentes toujours plus élevées dans les organisations sportives – et ce à juste titre. Le rôle du sport dans la société est plus significatif que jamais. Aussi les organisations sportives partout dans le monde doivent-elles se montrer dignes de la confiance que le public place dans le sport.
-La nouvelle illustration de l’étroite coopération entre le CIO et l’ONU.
Outre les Jeux de Rio 2016, nous avons pu constater, en cette année olympique, l’importance grandissante du sport dans de nombreux domaines de la société. À commencer par le succès des Jeux Olympiques de la Jeunesse d’hiver de Lillehammer 2016, où l’enthousiasme et l’énergie de la nouvelle génération d’athlètes ont donné le ton pour le reste de l’année. L’équipe olympique des réfugiés a reçu le soutien unanime du secrétaire général des Nations Unies, de l’Assemblée générale de l’ONU et de nombreux chefs d’État et de gouvernement. Autre illustration de l’étroite coopération entre le CIO et l’ONU : la résolution adoptée par consensus par tous les États membres qui a réaffirmé la reconnaissance par l’organisation de l’autonomie du CIO et du rôle du sport en tant que partenaire important du développement durable. La première Conférence mondiale sur la foi et le sport, organisée au Vatican à l’initiative du pape François, a réuni le secrétaire général de l’ONU, des représentants du CIO et des dirigeants religieux afin de discuter de la promotion de valeurs communes. Le lancement de la chaîne olympique a doté le mouvement sportif d’une plateforme numérique pour la diffusion de ses messages et de ses valeurs auprès des jeunes partout dans le monde. Cette plateforme, laquelle permet de faire vivre la magie des Jeux Olympiques 365 jours par an, 24 heures sur 24, a déjà enregistré plus de 382 millions de vues sur ses pages dans les médias sociaux.
LE LANCEMENT DE LA CHAÎNE OLYMPIQUE A DOTÉ LE MOUVEMENT SPORTIF D’UNE PLATEFORME NUMÉRIQUE POUR LA DIFFUSION DE SES MESSAGES ET DE SES VALEURS AUPRÈS DES JEUNES PARTOUT DANS LE MONDE.
Aussi, alors que 2016 vient de s’achever , avons-nous bon nombre de raisons de célébrer cette année olympique couronnée de succès. Néanmoins, gardons-nous de toute complaisance.
Dans le sport, les succès d’aujourd’hui ne sont pas un gage de réussite pour demain. En tant qu’athlète, j’ai appris que nos performances se mesurent en définitive à notre capacité à être à la hauteur des circonstances. Les succès d’aujourd’hui nous donnent seulement la force de relever les défis de demain.
C’est cette même approche que le Mouvement olympique adoptera pour faire face aux nombreux enjeux qui l’attendent en 2017. C’est pourquoi nous ne pouvons pas nous permettre de nous reposer sur nos lauriers. En 2017, nous nous devrons d’être une nouvelle fois à la hauteur des circonstances.
Le rapport McLaren sur le dopage et la manipulation des échantillons en Russie ainsi que ses conclusions qui font état d’une atteinte choquante à la crédibilité et à l’intégrité du sport constituent le défi auquel nous devons répondre en priorité. Le CIO a mis sur pied deux commissions afin de coordonner son action à cet égard. Celles-ci veilleront à ce que toutes les parties soient entendues de manière équitable. Le CIO prendra ensuite toutes les mesures et sanctions qui s’imposent.
C’EST POURQUOI NOUS NE POUVONS PAS NOUS PERMETTRE DE NOUS REPOSER SUR NOS LAURIERS. EN 2017, NOUS NOUS DEVRONS D’ÊTRE UNE NOUVELLE FOIS À LA HAUTEUR DES CIRCONSTANCES.
Nous poursuivrons et approfondirons les travaux du professeur McLaren. Nous procéderons à la réanalyse des 254 échantillons d’urine prélevés sur les athlètes russes lors des Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi 2014, étant donné que le mandat confié à M. Richard McLaren ne prévoyait pas la réanalyse complète de ces prélèvements. Les échantillons des athlètes russes prélevés lors des Jeux Olympiques de Londres 2012 feront eux aussi l’objet d’une réanalyse. Ces mesures supplémentaires sont nécessaires pour la crédibilité des Jeux Olympiques et pour la tranquillité d’esprit des athlètes.
Les dernières révélations soulignent le besoin impérieux d’un système antidopage renforcé et centralisé, placé sous la conduite de l’Agence Mondiale Antidopage (AMA), système qui serait indépendant aussi bien des organisations sportives que des gouvernements. C’est pourquoi le CIO, avec l’appui de tous ses partenaires, a réaffirmé lors du dernier Sommet olympique son engagement en faveur de l’établissement d’un mécanisme plus efficace, plus transparent et plus solide.
Autre priorité à l’ordre du jour : les préparatifs des Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018, qui seront la première des trois éditions asiatiques de la manifestation olympique. Les nombreuses épreuves tests prévues à PyeongChang cet hiver seront une étape importante pour ce qui sera, à n’en pas douter, un rendez-vous sportif exceptionnel en 2018.
L’Agenda olympique 2020 demeure lui aussi une priorité, avec 90 % des recommandations d’ores et déjà mises en œuvre ou sur le point de l’être. Les mesures de bonne gouvernance préconisées dans le cadre de ces réformes ont déjà été adoptées par le CIO et nous espérons que d’autres organisations sportives suivront notre exemple. Autre jalon important pour la mise en œuvre de l’Agenda olympique 2020 : le Forum « Olympisme en action » qui se tiendra en 2017 à Lima au Pérou. À cette occasion, le rôle du sport dans la société sera abordé à travers trois thèmes clés : la crédibilité, la durabilité et la jeunesse.
LES MESURES DE BONNE GOUVERNANCE PRÉCONISÉES DANS LE CADRE DE CES RÉFORMES ONT DÉJÀ ÉTÉ ADOPTÉES PAR LE CIO ET NOUS ESPÉRONS QUE D’AUTRES ORGANISATIONS SPORTIVES SUIVRONT NOTRE EXEMPLE.
Même si Tokyo a été élue ville hôte des Jeux de 2020 avant l’adoption de l’Agenda olympique 2020, les organisateurs japonais sont parmi les premiers à tirer parti de la nouvelle approche axée sur la flexibilité, la faisabilité et la durabilité. Le respect de ces principes a déjà permis au comité d’organisation de Tokyo 2020 de réaliser d’importantes économies qui se poursuivront avec les partenaires nationaux. À noter que le budget du comité d’organisation est financé, sans le moindre recours aux deniers publics.
Avec les excellentes candidatures de Los Angeles, Budapest et Paris, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que le monde peut s’attendre à des Jeux Olympiques extraordinaires en 2024, quelle que soit la ville retenue. Les trois villes candidates ont présenté des projets qui répondent parfaitement aux recommandations de l’Agenda olympique 2020, en particulier s’agissant de la manière dont les Jeux peuvent le mieux s’inscrire dans leur développement à long terme. Sans la nouvelle flexibilité offerte par l’Agenda olympique 2020, il est clair qu’il n’y aurait aucune ville candidate à l’organisation des Jeux de 2024.
À plus long terme, nous devons reconnaître que la procédure de candidature actuelle produit trop de perdants. Aussi devons-nous envisager de nouvelles réformes de cette procédure pour l’après 2024 afin de nous assurer que la meilleure ville hôte est choisie pour l’accueil des Jeux Olympiques, tout en limitant le nombre de perdants.
À la suite du lancement réussi de la chaîne olympique, notre priorité est désormais d’élargir son audience et sa portée. En 2017, les efforts seront axés sur le développement de versions locales, avec des contenus par région et par langue sur les plateformes linéaires et numériques. Une étape importante vient d’être franchie dans le cadre de ce processus avec l’annonce du lancement, au cours du deuxième semestre 2017, d’une nouvelle chaîne de télévision aux États-Unis.
LE SUCCÈS DES JEUX OLYMPIQUES DE RIO 2016 NOUS A MONTRÉ CE QU’IL ÉTAIT POSSIBLE DE FAIRE LORSQUE LE MONDE SE RASSEMBLE DANS UN ESPRIT DE PAIX ET DE SOLIDARITÉ. C’EST DANS CETTE OPTIQUE QUE NOUS ABORDONS 2017 AVEC UNE DÉTERMINATION RENOUVELÉE.
Le succès des Jeux Olympiques de Rio 2016 nous a montré ce qu’il était possible de faire lorsque le monde se rassemble dans un esprit de paix et de solidarité. C’est dans cette optique que nous abordons 2017 avec une détermination renouvelée. Forts des succès de 2016, nous relèverons les défis de 2017 et des années à venir.
Tous mes vœux pour une bonne et heureuse année ».

11/1/2017
Lu 2175 fois
| |
 
Tennis : Ce mercredi en championnat du Maroc par équipes (2016/2017) : Le sprint final

M. BELAOULA

Le week-end dernier a connu le démarrage du championnat du Maroc par équipes (2016/2017) qui a touché, presque, tous les clubs du Royaume qui ont été représentés par plus de soixante dix (exactement 73) équipes où le fair-play était le mot d’ordre. A l’exception de la rencontre « COD (D)-TCMT (C)», en 3ème division masculine où un joueur tangérois a mal traité son adversaire, un jeune ramasseur de balles. Personne n’a aimé cette hogra !
Donc, deux journées bien remplies où l’on a bouclé les deux premières journées de la phase qualificative.
Ce premier déferlement qui a confirmé la force de frappe et la suprématie des gros bras qui s’acheminent, doucement mais sûrement, vers l’étage supérieur.
Ce mercredi, qui coïncide avec cette glorieuse journée du 11 Janvier, on jouera la troisième et dernière journée pour faire connaissance avec les futures équipes qualifiées pour les phases finales. C’est le sprint final !

• De jolis duels au féminin

En première division « dames », le COC (A) reçoit l’ACSA (A) et l’OCC (A) est attendu chez les « Cheminotes ». Cette catégorie, de deux poules, désignera les quatre qualifiées qui auront occupé la première et la seconde place de la poule « A » et de la poule « B ». En seconde division » dames », l’USCM (B) accueillera l’ACSA (B) et l’OCC (B) se déplacera chez le SC Fassi pour décrocher les quatre places qualificatives qui reviennent à celles qui vont se placer en 1ère et en 2ème place des deux poules. Par contre, chez la troisième division « dames », il y aura plus de monde pour la phase finale. Huit équipes formeront son ossature qui sera constituée par celles qui seront classées « premières » et « secondes » des quatre poules (A,B,C,D).
Pour ce mercredi, le SC Fassi jouera, à Rabat, l’USCM (C) et le TC Meknès est attendu à l’ACSA, comme l’USM qui se déplacera à Béni Mellal. Sans oublier le duel entre les voisins le COC et le RUC.

• L’embarras du choix

Chez la première division masculine, c’est le dernier tour pour les futures équipes qualifiées pour la phase finale après avoir pris la tête des deux poules.
Ainsi, l’ACSA voyagera à Marrakech et le COC fera de même à destination de la capitale du détroit. De son côté, l’ASAS sera la bienvenue chez l’OCC/MARSA et les Usémistes rallieront Rabat et le club des « hommes du rail ». Des empoignades pour déterminer les quatre formations de la 1ère et 2ème place, des poules « A » et « B ». En deuxième division masculine, il y a quatre poules dont les quatre premières équipes seront, d’office, de la suite de la compétition par le biais de la phase finale.
On les saura après ce troisième et dernier tour où les Meknassis se déplacent chez l’ACSA (B), comme les Kénitréens qui sont attendus au RUC. De son côté, l’ACSA (C) va atterrir chez les « Cheminots » alors que le club de la cité des roses (RTCMO) sera la destination des Cocistes. Enfin, en troisième division messieurs, c’est la ruée avec les huit poules pour les huit places qualificatives pour la phase finale. Elles seront attribuées aux équipes qui auront pris la tête de chaque poule. Onze rencontres sont au menu de cette dernière journée (voir par ailleurs) où l’enjeu reste de taille pour les prétendantes à la phase de la consécration finale.En somme, c’est une journée décisive avec l’embarras du choix au menu très diversifiée.

11/1/2017
Lu 11999 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


« Free roaming » dans l’espace CEDEAO : Rendez-vous dans trois mois
RDC : Dialogue national : Après la signature, les tractations continuent
Une convention de partenariat entre le CCME et le FORIM concourt aux actions de la diaspora marocaine: Mise en synergie des capacités et actions en faveur des migrants
Tennis : Ce mercredi en championnat du Maroc par équipes (2016/2017) : Le sprint final
Les signataires du Manifeste de l’Indépendance du 11 Janvier 1944
Surpris en flagrant délit de tentative d’agression contre une femme: Un repris de justice appréhendé par la police à M’Rirt

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Ciné Zoom : Projets de films admis à l’avance sur recettes
 RDC : Dialogue national : Après la signature, les tractations continuent
 Ciné Script : Le cinéma à la télévision
 Une convention de partenariat entre le CCME et le FORIM concourt aux actions de la diaspora marocaine: Mise en synergie des capacités et actions en faveur des migrants
 Appui budgétaire européen à la Côte d’Ivoire : Une première tranche de 17 millions d’euros débloquée
 État de l’économie marocaine à fin 2016, selon le CMC : Consolider les acquis pour mieux négocier l’avenir
 Décès de deux Casques-bleus marocains en Centrafrique : L’UE exprime ses sincères condoléances au Royaume
 « Free roaming » dans l’espace CEDEAO : Rendez-vous dans trois mois
 De moins en moins d’entreprises privilégient la transmission familiale
 1er Salon de l’enfant et de la famille, du 1er au 5 mars à Casablanca : Une démarche pédagogique faisant la part belle au ludique


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems