Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Economie
 Rapport de la BAD sur les perspectives économiques en Afrique
Le Maroc, locomotive de croissance en Afrique du Nord

A. CHANNAJE

Le taux de croissance économique au Maroc est passé de 1,2 % en 2016 à 4,1 % en 2017. Dans son nouveau rapport « Perspectives économiques en Afrique », dont le lancement aura lieu aujourd’hui, 12 mars, à Tunis, la BAD (Banque Africaine de Développement) attribue cette performance à la hausse de la productivité agricole, qui a profité d’une bonne saison des pluies conjuguée aux impacts positifs du déploiement du Plan Maroc Vert.
Cette année, selon la BAD, ce rapport phare met l’accent surtout sur des focus régionaux, réalisés pour chacune des cinq grandes régions d’Afrique (Nord, Ouest, Est, Sud, Centre). Mais, la région qui sera davantage évaluée est celle de l’Afrique du Nord. « L’Afrique du Nord a donc droit à une analyse distincte, qui passe en revue les spécificités de la région, entre défis et opportunités, succès et perspectives, estime la BAD dans un communiqué. Il en ressort que cette région est au 2e rang des régions d’Afrique les plus performantes. Sa croissance économique s’est située à 4,9 % du PIB réel en 2017, en hausse par rapport aux 3,3 % enregistrés en 2016.
Une performance économique qui est supérieure à la moyenne affichée par le continent dans son ensemble (3,6 %) et place l’Afrique du Nord en deuxième position en Afrique, derrière l’Afrique de l’Est (5,9 %).« Ces chiffres s’expliquent notamment par une production de pétrole plus importante que prévue en Libye, qui a permis au pays de voir son PIB bondir de 55,1 % en 2017. Mais aussi par la performance du Maroc, qui a vu son taux de croissance passer de 1,2 % en 2016 à 4,1 % en 2017, car stimulé par la hausse de la productivité agricole, qui a profité d’une bonne saison des pluies conjuguée aux impacts positifs du déploiement du Plan Maroc Vert. Portée par son programme de réformes macroéconomiques et structurelles, l’Égypte affiche elle aussi une croissance enviable de son PIB, de l’ordre de 4 % en 2017 », explique la BAD.
D’un point de vue global, poursuit la même source, la croissance de la région Afrique du Nord est nourrie principalement par le secteur réel, dont de nouveaux secteurs à haute valeur ajoutée comme l’électronique et la mécanique, ainsi que par la consommation privée et publique.
Côté pronostics, la BAD estime que les perspectives demeurent positives pour 2018 et 2019 grâce, notamment, aux réformes engagées dans l’ensemble des pays de la région. Selon les projections, la croissance de l’Afrique du Nord devrait atteindre respectivement 5 % et 4,6 % en 2018 et 2019.
Pour le Maroc, faut-il le rappeler, la BAD avait déjà prévu une croissance du PIB réel de 3,1% en 2018.
A. CHANNAJE

12/3/2018
Lu 21089 fois
| |
 The Inclusive Internet Index 2018
Le Maroc, 2ème en Afrique et 53ème mondial

A. CHANNAJE

Une nouvelle étude de l’Economist Intelligence Unit, intitulée «The Inclusive Internet Index : Measuring Success 2018», classe le Maroc 53èmeà l’échelle mondiale et 2ème en Afrique sur 24 pays du continent, derrière l’Afrique du Sud (39ème). Il devance ainsi l’Egypte (53ème) ou encore l’Algérie (66ème). Le 1er pays arabe se trouvant au haut du tableau est le Qatar (35ème).
Réalisée pour le compte de la société Facebook, cette enquête a pour objectif de mesurer le taux de connectivité à travers 86 pays c.à.d. 91% de la population mondiale. A cet égard, elle a pris en considération quatre indicateurs : la disponibilité, l’accessibilité, la pertinence et la disposition opérationnelle. Chaque catégorie intègre des indicateurs clés de l'inclusion d'Internet, y compris des mesures quantitatives telles que la couverture et la tarification du réseau, et des mesures qualitatives telles que la présence de politiques d'inclusion numérique et la disponibilité de contenus en langue locale.
En matière de disponibilité, le Maroc se positionne 45ème, devant les Philippines et derrière la Colombie. L’étude attribue cette position relativement bonne, obtenue par le Royaume,«…à une bonne
couverture réseau et à de fortes initiatives Wi-Fi». Il s’agit d’un indicateur qui examine la qualité et l’étendue de l’infrastructure disponible requise pour l’accès et les niveaux d’utilisation d’internet.
A l’inverse, en termes de pertinence, le Maroc est classé 12ème sur un total de 23 pays à revenu intermédiaire, et ce, «malgré un contenu local solide». Les auteurs de l’étude attribuent cette contre-performance principalement au contenu limité de la finance en ligne et de la cyber-santé.
Pour ce qui est de l’indicateur Accessibilité, le Maroc obtient la 59ème place, devançant des pays comme le Sultanat Oman. Le critère Accessibilité est le coût de l’accès par rapport au revenu et le niveau de concurrence sur le marché d’internet.
S’agissant enfin de l’indicateur de la disposition opérationnelle, qui évalue la capacité à accéder à la Toile, y compris les compétences, l’acceptation culturelle et la politique de soutien, le Maroc est 60ème.
Au niveau mondial, ce sont la Suède, le Singapour et les Etats-Unis qui occupent respectivement les trois premières places du classement, tandis que Madagascar, le Malawi et la République démocratique du Congo (RDC) se trouvent au bas du tableau.

Hausse de la connectivité
mondiale de 8,3%
En somme, l’étude, ayant interrogé 4.267 personnes, montre qu'en 2018, la connectivité mondiale a augmenté de 8,3%, et en particulier dans les pays à faibles revenus (65,1%). «Pour combler les lacunes restantes, il faudra une collaboration entre tous les acteurs», soulignent Robert Pepper et Molly Jackman, experts chez Facebook.
L’étude fait observer aussi que les services internet mobiles sont de plus en plus utilisés dans de nombreux pays à faibles revenus. Le taux de couverture des réseaux mobiles 4G est passé de 9,1% en 2017 à 17,3% en 2018. Elle fait savoir aussi que le coût d'accès à internet a diminué en 2018, et que les citoyens des pays à faibles revenus consacrent une grande partie de leur revenu pour accéder à Internet.
Elle fait conclure aussi que l'écart entre les sexes dans l'inclusion d'Internet est encore trop omniprésent. En effet, ce sont les hommes (33,5%) qui ont plus de chances d'accéder à internet que les femmes. Autre résultat important soulevé par l’étude : 67% des citoyens d'Asie, du Moyen-Orient et d'Afrique ont déclaré qu'internet les a aidé à devenir plus confiants et autonomes (financièrement).
Par ailleurs, les questions de confidentialité et de sécurité limitent l'utilisation d'Internet, en particulier en Europe. En effet, seuls 62,1% des répondants estiment que les achats en lignes sont sécurisés.
A. CHANNAJE

1/3/2018
Lu 7173 fois
| |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
 
Une femme, symbole de l’intégration africaine au Maroc

Entretien réalisé par Wolondouka Sidibé

Parcours sans failles d’une militante de la préservation de l’or bleu

Entretien réalisé par Bouteina BENNANI
 
   
  Chronique
 
Activisme en milieu rural et autonomisation des femmes

Bouteina BENNANI
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Parcours sans failles d’une militante de la préservation de l’or bleu
 Meilleur aéroport africain pour le service à la clientèle
 Choix linguistiques et modèle de développement
 Une femme, symbole de l’intégration africaine au Maroc
 Grande réussite
 Activisme en milieu rural et autonomisation des femmes
 Le Maroc, locomotive de croissance en Afrique du Nord
 Retard patent dans la concrétisation de l’égalité homme/femme et tâtonnements dans la mise en œuvre des stratégie de promotion de la femme
 Dernières étapes de validation des différentes composantes
 L’Australie salue le plan d’autonomie


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems