Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Lancement du programme Arab-Africa Trade Bridges: Quatre protocoles d’entente signés: Le secteur halal, le commerce, les PME et la pharmacie concernés...      Conférence à Nouakchott sur les relations historiques entre la Mauritanie et le Maroc...      6ème édition du Salon «Solaire expo Maroc 2017»: L’expertise marocaine en matière de développement des énergies alternatives mise en avant...  
   
 
        Culture
 
Ahmed Zabita, Président de l’Aassociation Nationale des Arts Plastiques : United Artists

Entretien : Khalil RAIS

Ahmed Zabita, peintre, natif de la ville de Kénitra. Diplômé de l’Ecole des Beaux Arts de Tétouan.Diplômé de la Faculté des Beaux Arts San Fernando de l’Université de Madrid .Professeur diplômé des Arts Plastiques.Il a présenté plusieurs expositions individuelles et a collaboré dans plusieurs manifestations à teneur plastique et picturale au Maroc et à l’extérieur du pays. Il remplace à ce poste le défunt Abdellatif Zine..

Entretien.

Quel est le rôle de l’Association Nationale des Arts Plastiques
que vous présidez 

Son rôle principal est de boster et pratique l’ensemble des Arts Plastiques au Maroc.
Depuis 31 ans, cet organisme œuvre dans le but de développer l’action plastique et picturale :

Ce qui a contribué à placer notre pays dans le giron plasticien au sein des pays arabes et internationaux .
D’autre part, il encourage la génération future des jeunes peintres et la reconnaissance de la vraie valeur des pionniers qui ont contribué à pérenniser cette action éducative dans ce domaine.

Quelle est la visée future de votre association 

En premier lien , je remercie tous les membres du bureau exécutifs de l’Association dont je me sens honoré de présider.
Juste après le décès de feu Abdellatif Zine, membres qui m’ont fait confiance à ce que je dirige la destinée de leur noble action civilisationnelle.
Et ce, pour œuvrer dans la continuité du programme défini et tracé pour la période 2017 /2018 et en particuler la 6° manifestation picturale surnommée « Fadae En Nass » sous la dénomination « Africa Art » qui se tiendra à l’esplanade de la mosquée Hassan II de Casablanca, avec la participation de 54 artistes venus du Maroc et de Toute l’Afrique . Cette œuvre s’organisera à l’occasion du 54ème anniversaire de sa Majesté le Roi Mohammed VI.
En second lien , nous organisons le Salon National de l’Art contemporain dans sa 5ème édition ; et nous serons heureux dans le cas où nous mènerons à bien ces expositions majeures que feu Abdellatif Zine avait mis en arbitre avant son décès que nous regrettons tous et espérons réussir cette dernière volonté à lui comme s’il était encore parmi nous .

Quel sont les apparts de feu Zine

Le regreté Abdellatif Zine est le fondateur de l’Association Nationale des Arts Plastiques, créés en 1985 .
Il a employé sa vie dans le travail des Arts Plastiques et des Plasticiens, la dite association a été l’instigatrice œuvres nouvelles tel que « Fadae En Nass » , Empruntes de l’Espoir et dès expositions au Maroc et à l’étranger comme l’exposition collective de 43 peintres communs et reconnus en 1986. Ainsi que 5+5 dans les Etats arabes Unis ; sans oublier le Salon de l’Art contemporain où l’on a fait la découverte de principaux merveilleux qui étaient dans l’ambre Mr Zine Abdellatif a été aussi le président du Syndicat des Artistes peintres marocains (1996) action dans laquelle il a œuvré dans le but de réalisation de la loi de l’artiste , la carte professionnelles de l’artiste ainsi que son AMO (Aide Médicale Obligatoire).
Sa dernière volonté l’a honoré par la perspective d’une œuvre appelée le Marché de l’Art , libertés , droits et législation.

21/2/2017
Lu 15454 fois
| |
 
Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI : : Colloque international intitulé : « Les nouveaux territoires de l’identité : la fabrication du radicalisme»
La ville de Fès doit accueillir, sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI , un Colloque international intitulé : « Les nouveaux territoires de l’identité : la fabrication du radicalisme» . De nombreux conférenciers nationaux et internationaux participent à ce Colloque qui aura lieu du 17 au 19 Février 2017 avec des thématiques diverses parmi lesquelles « Radicalisme et fracture sociale « , « Théologie et spiritualité face au radicalisme « , « Religion et politique « ou encore « Clinique de la radicalisation, comment en sortir?».

Mouncef Abdelhak

La grande originalité de ce Colloque est d’avoir su réunir des spécialistes  de renommée mondiale dans différents disciplines et domaines de recherche  pour tenter de comprendre dans ses racines l’émergence du phénomène de l’extrémisme dans nos sociétés actuelles , que celui -ci soit de nature populiste ou religieuse.  
André Azoulay, Dounia Bouzar, Ahmed Abbadi, Assia Alaoui Bensalah ,  Mohammed Tozy, Salma Belaala , Pierre Christophe Cathelineau , Abdellah Ouazzani   , Rachid Benzine, Courtney Edwin , Driss Fassi-Fihri , Victor Palleja de Bustinza et Josh Martin figurèrent parmi de nombreux autres participants. 
Ce Colloque est organisé par le Centre IDRISS ( Centre International de Dialogue et de Recherches sur les Identités Subjectives et Sociales) dont les deux présidents 
fondateurs sont l’anthropologue  et président du Festival de la Culture Soufie,  Faouzi Skali et l’éminent  psychiatre  et chercheur , Charles Melman . 
Dans Son Discours du 20 Août 2016, à l’occasion du 63 ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple Sa Majesté le Roi Mohammed VI avait dit que « face à la prolifération des obscurantismes répandus au nom de la religion , tous, musulmans , chrétiens et juifs , doivent dresser un front commun pour contrecarrer le fanatisme , la haine et le repli sur soi sous toutes ses formes. 
L’histoire de l’humanité est la meilleure preuve que le progrès ne peut se réaliser dans toute société en proie à l’extrémisme et à la haine...» 
C’est en s’inscrivant dans cette perspective que les participants à ce Colloque, théologiens, psychiatres et  psychologues, politologues et islamologues, cherchent avant tout à cerner et comprendre un phénomène complexe dont les causes sont multiples et concomitantes . 
Le Centre IDRISS vise à développer une méthode d’approche de «Recherche - Action»  qui permette, au-delà de la dimension sécuritaire de proposer des solutions basées sur des expériences de terrain et une compréhension objective-pour mieux les déconstruire- des discours et des idéologies basés sur la haine et l’extrémisme violent , qui touchent aujourd’hui des jeunes de tous les pays et de toutes les cultures. 
Sur cette thématique, Faouzi Skali, docteur en anthropologie, ethnologie et sciences de religions nous a confié : «  «  Les événements de l’actualité  liés aux dérives extrémistes et sectaires doivent , pour être compris et cernés , être abordés avec une certaine profondeur de champ historique. 
Par un ensemble d’amalgames et de confusions , que nous essayerons de dissiper et  d’éclaircir lors de ce colloque, une version sectaire et dévoyée de l’Islam, se présente aujourd’hui, et jusque dans les discours des médias, comme la version intégrale, pure et orthodoxe de cette religion. 
De là un débat qui a souvent cours , et qui ne manquera pas d’être évoqué lors de nos échanges , concernant le fait de savoir s’il y a une vraie différence entre Islam et Islamisme et si ce dernier n’est pas finalement que le noyau dur ou l’essence du premier. D’où d’ailleurs les confusions et ambiguïtés qui peuvent naître autour du terme de « radicalisme « , qui laisse justement supposer qu’il s’agit là d’un retour aux racines ou à l’essence d’une pensée ou d’une religion. 
Nous avons maintenu ce terme , avec toutes les précautions nécessaires, en l’utilisant dans sa version anglaise de radicalism  pour décrire la volonté d’entreprendre une réforme sans concession et souvent outrancière , qui rentre en rupture avec les lois et les institutions établies et préconise le passage à la violence. ». E d’ajouter : «   Dans « La crise de la culture» Hannah Arendt disait que « les déformations destructrices de la tradition sont toutes l’œuvre d’hommes qui avaient fait l’expérience de quelque chose de nouveau qu’ils essayèrent de maîtriser en quelque chose d’ancien» .
C’est sans aucun doute le cas de ces  nombreuses idéologies qui revendiquent le retour au modèle premier des Salafs, les devanciers ou les anciens,  en voulant effacer d’un trait  le poids de quelques 1400 ans d’histoire , traversée par une multitude de contextes sociaux et culturels. 
Oliver Roy avait déjà fait remarquer que le fameux choc des cultures n’était précisément que celui de religions ou plutôt d’idéologies religieuses déculturées. 
Cela nous renvoie , à l’antipode de ces orthodoxies réinventés -comme pour les identités - dans un mode pathologique, vers des représentants d’un Islam qui inscrit le texte , ou d’une façon générale les textes scripturaires, dans leur contextes historiques et où ne sont jamais perdues de vue , quelles que soient l’interprétations de ceux-ci , leur finalités spirituelles et leurs valeurs universelles. Celles qui prônent l’unité dans la diversité de notre humanité. 
Dans un discours récent , du 20 Août 2016, Sa Majesté le Roi Mohammed VI disait que  
 « face à la prolifération des obscurantismes répandus au nom de la religion , tous, musulmans , chrétiens et juifs , doivent dresser un front commun pour contrecarrer le fanatisme , la haine et le repli sur soi sous toutes ses formes. 
L’histoire de l’humanité est la meilleure preuve que le progrès ne peut se réaliser dans toute société en proie à l’extrémisme et à la haine...» 
Il ya un peu moins de deux siècle l’Emir Abdelkader à la fois résistant, érudit , mystique et théologien écrivait  depuis son exil en Turquie : 
« Si les musulmans et les chrétiens avaient voulu me prêter  leur attention [ le conflit étant alors souvent perçu comme celui de deux cultures religieuse]  , j’aurais fait cesser leurs querelles : ils seraient devenus , extérieurement et intérieurement, des frères « . 
C’est ce même Émir qui  portât les armes a la main  secours au Chrétiens de Damas menacés de massacre par les Druzes. 
A travers un décret qu’il a pris en 1843, fixant les règles régissant le traitement des prisonniers de guerre , l’Emir a été ainsi le précurseur , dix ans avant Henry Dunant, fondateur de la Croix Rouge, du Droit humanitaire international. 
Nous sommes loin de la Barbarie de Daesh.  Comment est-on passé de tels types de valeurs et de discours par des personnalités perçues comme les plus légitimement représentatives de l’Islam, aux discours aberrants et haineux que l’on peut entendre ici ou là aujourd’hui  
C’est l’une des questions sur laquelle, je l’espère , ce Colloque pourra nous éclairer.  ».

21/2/2017
Lu 24746 fois
| |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Organisation de la 2ème édition du Sommet « Climate Chance » à Agadir: Rendez-vous annuel des acteurs non-étatiques
 Conférence à Nouakchott sur les relations historiques entre la Mauritanie et le Maroc
 6ème édition du Salon «Solaire expo Maroc 2017»: L’expertise marocaine en matière de développement des énergies alternatives mise en avant
 Institut Pasteur du Maroc : “Pas de dysfonctionnement dans la vaccination des pèlerins”
 Le Groupe BCP, premier collecteur de l’épargne nationale : La robustesse du modèle économique et la pertinence des choix stratégiques confirmées
 Lancement du programme Arab-Africa Trade Bridges: Quatre protocoles d’entente signés: Le secteur halal, le commerce, les PME et la pharmacie concernés
 Botola Maroc Telecom D1 : 19ème journée: Ammouta Vs Taoussi mais aussi Lekjaâ / Naciri : Rouges et Oranges à…Rabat
 Recherche publiée par le think tank marocain OCP Policy Center: «Retour des combattants terroristes étrangers : Une menace imminente à gérer » : Daech ou l'inhumain barbare, cruel et atroce (1ère partie)
 Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI : : Colloque international intitulé : « Les nouveaux territoires de l’identité : la fabrication du radicalisme»
 Portrait : Boucetta, l’homme dont le parcours se confond avec celui du Parti de l’Istiqlal


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems