Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
 
 
 
        Cinéma
 
CinéZoom: Le cinéma face à l’immigration
Avec les années quatre-vingt-dix et deux mille, si la question de l’immigration continue d’agiter l’opinion, un nombre croissant de films mettent en scène des personnages “immigrés” avec davantage d’épaisseur psychologique.

C’est notamment le cas de “L’autre côté de la mer” (1996) de Dominique Cabrera : un Pied-noir (Claude Brasseur), quitte Oran et arrive pour la première fois en France afin d’y subir une opération. La relation ambiguë qu’il noue avec son chirurgien Tarek Timzert (Roschdy Zem), enfant d’Algériens, rappelle les tourments de la décolonisation. “Drôle de Félix” (1999), d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau offre l’occasion à Sami Bouajila de jouer le rôle d’un fils de migrants, homosexuel, séropositif, et chômeur qui vit a Dieppe. Les personnages féminins ne sont pas en reste : “Samia” (1999), réalisé par Philippe Faucon présente une adolescente d’origine maghrébine (Lynda Benahouda) qui vit à Marseille. Décidée à vivre sa vie, elle résiste au verrou familial que représentent ses parents immigrés et son grand frère pour trouver sa place dans la société. Grand succès populaire avec plus de 6 millions d’entrées, Taxi (1998) et ses suites, réalisé par Gérard Pirès et produit par Luc Besson met en scène à Marseille un Français du nom de Daniel Moralès interprété par Samy Naceri, acteur d’origine algérienne, qui par ses talents de pilote, aide la police à déjouer des complots. Ces films présentent une vision plus profonde des français issus de l’immigration. La question n’est plus tellement de savoir si elles sont intégrées ou pas, mais plutôt de s’interroger sur la capacité de la société de leur donner les conditions pour vivre sans être perpétuellement assignées à leur origine. Les scénarios proposés oscillent entre des réalités qui n’ont rien de différent de celle des Français “de souche” et des situations spécifiques liées à leurs origines ethniques. Certains réalisateurs issus de l’immigration connaissent une grande notoriété. Ainsi, Rachid Bouchareb créée l’événement avec le succès et les polémiques autour de “Indigènes’ en 2006 puis “Hors-la-loi” en 2010 qui évoquent le passé colonial de la France. Dans un autre style, Abdellatif Kechiche avec “L’esquive” (2004) évoque des lycéens de la banlieue parisienne répétant une pièce de Marivaux pour la classe de français. Bien que tourné avec des acteurs débutants et un budget réduit le film remporte quatre Césars en 2005. Abdellatif Kéchiche est à nouveau salué par la critique en 2006 lorsque dans “La graine et le mulet”, il narre le parcours d’un ouvrier d’origine maghrébine désirant se reconvertir dans le métier de restaurateur sur le port de Sète. En quatre ou cinq décennies, la figure cinématographique initiale du migrant sous prolétaire, “bouc émissaire” a beaucoup évolué : l’imaginaire collectif autour de l’immigré s’est largement diversifié et enrichi. Réalisateurs français, étrangers ou issus de l’immigration ont progressivement façonné un personnage ou plutôt des personnages incontournables dont les traits sont de moins en moins figés dans le paysage du septième art en France. Le grand succès de certains acteurs comme Jamel Debbouzze dans “Astérix et Obelix aux Jeux Olympiques” (2008) et dans “Sur la piste du Marsupilami” (2012), atteste d’une définitive mutation : les acteurs d’origine immigrée peuvent désormais jouer tous les rôles.

28/12/2016
Lu 128 fois
| |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 44ème session de l’Académie du Royaume du Maroc : De la modernité aux modernités
 Débat suscité par le contenu d’un manuel d’éducation islamique portant sur la philosophie : Le Chef du gouvernement affirme que « l’objectif n’a été en aucun cas de porter à la pensée philosophique »
 Expérience des banques participatives: Quel impact sur l’économie marocaine ?
 CHU Mohammed VI de Marrakech : Une nouvelle méthode thérapeutique, la synoviorthèse isotopique
 Mafia des Spoliations Foncières: Un coup de pied dans la fourmilière
 Mali : 60 morts dans un attentat contre les groupes signataires de la paix
 Révélations alarmantes de la Cour des comptes sur la Société Marocaine d’Ingénierie Touristique: Bilan sombre du Plan azur avec des réalisations de 7,8% et 2,7% respectivement pour les Visions 2010 et 2020
 En marge de la 11ème Réunion des Ministres de l’Intérieur de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens : M. Hassad reçu à Niamey par le Président de la République du Niger
 Suite au décès de Cheikh Hamza Boutchich : SM le Roi adresse un message de condoléances à son fils, Jamal Eddine Qadiri Boutchich
 Palestine : Obama contre un déplacement de l’ambassade en Israël


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems